NAO des opérateurs de voyage : augmentation salariales de 6,6% et 1,88%

115

Les organisations syndicales de salariés viennent de rejeter l’ultime proposition des Entreprises du Voyage et du SETO après 9 mois d’échanges et de négociations. 

Ce mercredi 5 avril 2023, les organisations syndicales de salariés ont refusé « l’ultime proposition » des Entreprises du Voyage (EDV) et le Syndicat des entreprises du tour-operating (SETO) qui regrettent que les organisations syndicales « optent pour l’austérité ». Selon le syndicat et les EDV, cette proposition répondait à un double objectif à savoir accorder de nouveaux droits aux salariés et moderniser l’assiette de calcul de la prime d’ancienneté et réévaluer de façon conséquente les minima de groupes de la branche (dont 3 premiers groupes sont actuellement sous le SMIC). Parmi les points abordés : une réévaluation de 8% du salaire minimum du groupe A, de près de 11% pour les groupes B,C et D et de plus de 5% pour les groupes E, F et G ; le passage automatique du groupe A au groupe B au bout d’un an et la décorrélation de l’assiette de calcul de la prime d’ancienneté et des minima de groupes ainsi que la majoration de cette prime pour les salariés ayant entre 16 et 20 ans d’ancienneté.

> A lire aussi : Grève illimitée chez CWT

A cette proposition, les organisations syndicales CFTC, CFDT, CGE-CGC et FO-CGT ont préféré s’engager à signer un accord prévoyant une augmentation des minima limitée à 6,6% pour les groupes A, B et C et à 1,88% pour les groupes D, E, F et G. Jean-Pierre Mas, président des EdV s’est dit « très déçu de cette position minimaliste des organisations syndicales ». 

Dès l’automne 2022, l’intersyndicale refusait notamment la déconnexion des négociations entre la hausse des salaires de base et un nouveau calcul de la prime d’ancienneté.