Quelles sont les attentes des travel managers et acheteurs en 2024 ?

1193

A l’occasion du Grand Live du Voyage d’Affaires qui s’est tenu le jeudi 18 janvier, trois acheteurs et travel managers ont exprimé leurs attentes pour 2024. La maîtrise des dépenses face à leur augmentation est l’une des priorités pour les professionnels du secteur, tout comme la démarche RSE.

Après deux années marquées par l’inflation et l’instabilité géopolitique, la tendance est à l’augmentation des dépenses pour plus de 46% des répondants, selon un sondage réalisé en direct. Chez Thales, la tendance en 2024 est effectivement à l’augmentation des dépenses, ce qui demande d’être particulièrement vigilant sur la gestion du budget. « Il n’y a pas qu’une question d’inflation, il y a celle aussi de l’augmentation des voyageurs. Chez Thales, on estime que leur part augmentera de 4% cette année. En 2023, nous étions à 80% du niveau de 2019 et cela va encore augmenter, ce qui, mécaniquement, entraîne une augmentation des dépenses Voyages », introduit Margaux Grignard, Travel and Communication Category Manager chez Thales. Selon elle, il est primordial de réfléchir à des axes de corrections de la PVE et d’anticiper les prochains événements majeurs à venir, notamment les JO. Elle attend par ailleurs de sa TMC un Benchmark efficace et régulier sur cette période, notamment pour les dépenses hôtelières. 

A lire aussi : Grand live du voyage d’affaires : « Partir des besoins des acheteurs »

Pour Caroline Saccoletto, Purchasing Manager chez Arkema, les dépenses devraient se stabiliser et l’accent sera mis sur le « voyage essentiel » afin de maîtriser les coûts. « S’il nous n’avons pas encore durci notre PVE, nous sommes particulièrement attentifs lors de la négociation des contrats avec nos partenaires et il y a un gros travail à faire de notre côté sur le paramétrage de la volumétrie », explique-t-elle. Si cela concerne le ferroviaire et l’aérien, notamment avec NDC, les dépenses liées à l’hébergement font preuve d’une attention particulière. Les trois participantes s’accordent à dire que les prix hôteliers ont fortement augmenté et que cela les oblige régulièrement à relever les fameux « city cap ». Selon Isabelle Clamens, responsable achats à l’AFDAS, les dépenses de restauration ont également connu une forte augmentation.

Composer avec les enjeux sécuritaires et RSE 

Parmi les principales inquiétudes en 2024, les JO arrivent en tête. « Contrairement à ce qui est dit, le voyage d’affaires ne s’arrête pas en août », déclare Margaux Grignard. Caroline Saccoletto ajoute : « Tout le monde n’est pas en vacances sur cette période et il ne faut pas oublier les collaborateurs internationaux. Nous redoutons une limitation des disponibilités et l’envolée des prix mais pas que…Il y a aussi la question de l’accès limité à certaines zones et la sécurité ». Chez Thales et Arkema, travailler avec prestataire de sûreté est par ailleurs devenu une obligation et leur utilité a été particulièrement démontrée ces dernières années.

> A lire aussi : Hôtellerie d’Affaires : « Il est de plus en plus difficile de plafonner les prix pour les entreprises »

Enfin, la RSE reste un enjeu primordial et une ligne conductrice en 2024 pour les départements Achats et Travel. « La RSE ce n’est pas que du superficiel, il y a désormais des actions mises en place et cela devient un critère obligatoire », explique Caroline Saccoletto. Ce que confirme Isabelle Clamens qui observe un véritable changement des comportements et de valeurs portées par les entreprises, mais aussi les collaborateurs. Chez Thales, revoir sa PVE ne fait d’ailleurs pas tout. Il faut également inciter les voyageurs à avoir une bonne conduite lors de leurs déplacements et continuer de les sensibiliser.