Business en Chine: les repas d’affaires, tout un cérémonial

En Chine comme en France, il y a un plaisir partagé : l’amour de la table ! Un point commun à exploiter dans les relations commerciales, et à mener à la baguette !

Dans ce pays socialiste perdure une religion, celle de bien manger et bien boire. Un plaisir qui se conjugue dans les relations professionnelles et savoir faire bonne figure à table n’est pas une simple formalité, c’est une éducation. Faites honneur lors des banquets qui précéderont la signature d'un contrat, montrez que vous appréciez les mets dont vos hôtes vous honorent, comportez-vous comme un vrai Chinois et  vous franchirez une étape décisive dans la réalisation de vos objectifs. Si le repas d'affaires pour les Anglo-Saxons est une ennuyeuse formalité à expédier, il s’agit pour les Chinois d’un moment essentiel dans les relations avec l'autre.
 
Apprécier le repas, se préparer aux "gan bei"
Dans la façon de traiter ses hôtes, il y a comme dans beaucoup d’autres étapes une notion d’image et de "face" incontournable. Votre ou vos hôtes se donneront et vous donneront de l’importance en vous invitant à un véritable banquet composé de nombreux plats et mets recherchés en Chine. Ne soyez pas surpris de voir servi plus de vingt plats principaux ! Un conseil, faites la diète au minimum la veille de l'invitation. En Chine, contrairement à la France, de nombreux restaurants de gammes variées proposent des salons à leurs clients. Ils offrent une enviable tranquillité et intimité.
 
Le cérémonial
Après avoir été accueilli, les invités se voient proposer du thé. En Chine, le thé n'est pas consommé pendant les repas même s'il est servi, il le précède. Une conversation à la teneur anodine précédera cette étape. Encore une fois soyez naturel, détendu, faites preuve d'empathie. Pas de critique du pays et de ses gouvernants. Des serviettes chaudes vous seront présentées, très agréables même l'été où la chaleur s'accompagne souvent de poussière à travers tout le pays. La place d'honneur, si elle vous est réservée, vous placera face à la porte d'entrée, dos au mur. Les autres personnes présentes se disposeront de part et d'autre de la table, le responsable de la délégation s'asseyant face à vous, dos à l'entrée. Cette coutume vient des temps anciens. Il s'agissait de protéger l'invité d'honneur de tout risque d'embuscade.
Chacun dispose d'une paire de baguettes, souvent d'une fourchette et en plus de l'assiette, d'un bol et d'une soucoupe. Le bol accueillera la soupe et la soucoupe la sauce dans laquelle certains aliments seront trempés. En fin de repas, ne posez pas vos baguettes sur le bol ou la soucoupe. Vous n'aurez pas besoin de couteau car tous les plats de la cuisine chinoise sont présentés émincés ou coupés en petits morceaux. Vous les décortiquerez dans la bouche. En aucun cas n'ayez l'air offusqué s'il arrivait qu'un invité chinois crache sur le sol le résultat de son tri. Dans les restaurants populaires, notamment en province, le sol en ciment recevra volontiers ces déchets qu'un coup de serpillière fera disparaître.

Plusieurs verres accueilleront les différentes boissons qui, inévitablement, accompagneront les plats. En dehors de la mondialement renommée bière Tsingtao, il en existe beaucoup d'autres très bonnes. Les locaux en font une grosse consommation. Les autres verres sont destinés aux vins et le plus petit pour les alcools qui servira notamment aux redoutables toasts, les fameux "gan bei" soit "verre sec" ce qui se passe d'explications. 
 
En attendant d'évoquer dans une prochaine rubrique le comportement idoine à tenir, un conseil : avant de partir en Chine familiarisez-vous avec sa cuisine.  Après avoir connu une période terrible, la cuisine chinoise est de nouveau honorablement représentée surtout à Paris mais aussi dans quelques grandes villes françaises. Profitez-en pour vous entraîner au maniement des baguettes. Si les Chinois sont tolérants - ils le prouvent en proposant une fourchette - ils apprécieront pour autant votre dextérité...  
 
Jean Tuan