En France, le trafic passagers et des retards en hausse en juillet

Le mois de juillet a été un très bon cru pour le ciel français. Plus de 17,8 millions de voyageurs ont pris l'avion. Cela représente un nouveau record mensuel et une améliorant de +3,9% par rapport à juillet 2017, précédent détenteur du trophée. En revanche, la ponctualité – dégradée depuis le début de l'année – n'est toujours pas au rendez-vous.

Cette croissance globale du trafic passagers de 3,9% en juillet est aussi bien portée par le marché intérieur qu'international. En effet, ils affichent des progressions similaires de 3,7% et 3,9% respectivement.

Dans le détail, si le segment domestique présente une faible hausse sur les lignes intérieures desservant la capitale (+0,9%), il continue de bénéficier du dynamisme des liaisons transversales métropolitaines (+7,7%) et des axes reliant la Métropole aux Outre-Mer (+6,1%). Toutefois, le rapport TendanCiel remarque que "ces chiffres semblent plutôt en retrait de ceux des mois précédent (respectivement +8,2% et +11,6%  en cumul annuel)".

Concernant le secteur international, l’Amérique a confirmé en juillet son regain d’attractivité  (+9,2%) avec une hausse d’activité qui s’étend également désormais à l’Amérique du Sud (+3,1%). En revanche, la croissance se réduit avec l’Asie (+5,7%), l’Europe (+3,4%) et surtout l’Afrique (+1,7%). 

Par ailleurs, le Canada (+16,0%), les États-Unis (+11,1%), le Brésil (+9,4%) et la Tunisie (+9,0%) sont les destinations profitant le plus de la conjoncture. A l’inverse, l'Algérie (-5,2%) et le Royaume-Uni (-2,0%) sont en reflux.

En cumul annuel, le trafic international est en progrès de +5,2% avec des valeurs désormais plus resserrées entre zones continentales (de +6,9% sur l’Asie à +4,6% avec l’Amérique).

Une ponctualité toujours détériorée
Bien que les acteurs de l'aérien aient tiré le signal d'alarme, la ponctualité ne s'améliore pas en France. TendanCiel remarque "Côté régularité, la tendance à une détérioration certaine de la situation depuis le début de l’année tant en France que dans l’ensemble de l’Europe ne faiblit pas en juillet, qui traditionnellement constitue déjà l'une des périodes les plus tendues de l’année. Les indicateurs accusent à nouveau le coup et atteignent des valeurs inégalées depuis le début de leur publication dans TendanCiel en janvier 2017".

En effet, le taux des vols retardés de plus d'un quart d'heure au départ atteint 43,2%. Cela représente 5,0 points de plus qu'en juillet 2017. Le délai moyen au départ (tous vols confondus) s'élève à 24,6 minutes, soit 3,2 de plus que l'an dernier. Les jours les plus impactés ont été observés du 4 au 5, du 14 au 16 et du 27 au 28 juillet.