GP2R : une norme pour aider les entreprises à structurer leur politique de fleet management

Le syndicat professionnel a présenté le contenu de la norme AFNOR NF X50-162 destinée à prévenir le risque routier chez les professionnels. L'objectif : permettre aux sociétés de mieux structurer leur politique de fleet management et limiter les accidents.

Première cause de mortalité au travail, les accidents de la route ont tué 480 collaborateurs en 2017, soit +3,7% par rapport à 2016. En dehors de ce taux de mortalité, les accidents sont la cause de 6 millions de journées d’arrêts de travail, soit un coût de 725 millions d’euros pour les entreprises. « Lorsqu’une entreprise pense à la sécurité, les risques routiers professionnels ne sont pas sa priorité alors qu’elle peut avoir une réelle action pour les diminuer », commente Alain Wucher, président du groupement GP2R. « Le message que nous voulons faire passer est : arrêtez de mettre vos employés en danger », ajoute-t-il.

Afin d’accompagner les entreprises à réduire ces risques, le syndicat a travaillé sur une nouvelle norme baptisée AFNOR NF X50-162. L’objectif : agir sur la prévention et apporter une structure en matière de fleet management. « Cette norme n’est pas obligatoire. Les acteurs peuvent y souscrire s'ils le souhaitent. Nous ne voulons pas imposer une réglementation de plus mais présenter cela comme une aide », déclare Alain Wucher. En résumé, AFNOR fixe les modalités d’une démarche structurée de prévention du risque routier et détermine les exigences de qualité auxquelles doivent répondre les prestations proposées par les prestataires pré-vendeurs ainsi que le niveau de qualité que le client peut attendre des prestataires qui se conforment aux prescriptions de la norme. Ces exigences de qualité visent à l’adéquation et à l’efficacité du Plan d’action avec les attentes du client.

Les objectifs fixés sont :
- L’amélioration de la sécurité et la santé des collaborateurs
- La réduction des risques juridiques pour l’organisme et ses collaborateurs
- L’amélioration du fonctionnement des organisations et services
- L’amélioration des échanges en interne et avec les partenaires
- L’amélioration de l’image et de l’attractivité de l’organisme
- L’accroissement de sa performance globale, y compris économique et financière

« Il faut bien entendre que cette norme ne doit pas être vu comme un frein à la productivité, mais au contraire comme un levier", commente Alain Wucher. En parallèle, GP2R insiste sur le fait qu’une politique de prévention efficace est celle qui permet d’éviter et de réduire les accidents. Elle doit donc être régulièrement mesurée. Ce diagnostic résulte d’une synthèse entre l’organisation du travail et des déplacements et la sinistralité (fréquence, typologie, gravité, responsabilité, sous-populations et coûts). « Le nombre, le type et l’ampleur des actions inscrites au Plan dépendra du diagnostic. Celles-ci seront plus nombreuses et plus large si la sinistralité de départ est élevée et si l’objectif de réduction est ambitieux. »

Pour rappel, en France, 3 Français sur 4 utilisent la voiture pour se rendre au travail chaque jour.