Gilets Jaunes : les voyageurs d’affaires qui ont profité des péages gratuits n’auront pas à payer la note

Bonne nouvelle pour les voyageurs d'affaires qui ont profité des opérations "péage gratuit" des gilets jaunes. Vinci Autoroutes renonce à faire payer les automobilistes qui ont bénéficié, ces dernières semaines, des actions menées par les manifestants.

Les automobilistes qui ont passé un péage sans payer lors de leur dernier déplacement professionnel en raison d'une opération des Gilets Jaunes, n'auront pas à ouvrir leur porte-monnaie après coup. Vinci Autoroutes qui voulait faire payer les conducteurs ayant profité de ces actions, a flanché face aux vives critiques reçues après l'annonce de son projet.

L'entreprise explique "Cette procédure, sans doute insuffisamment expliquée, donc mal comprise, a suscité depuis hier un grand nombre de réactions négatives. VINCI Autoroutes a décidé de renoncer à son application et en appelle au civisme de chacun dans ces circonstances exceptionnelles".

Toutefois, l'entreprise rappelle dans son communiqué "Depuis le 17 novembre 2018, les manifestations des «gilets jaunes» ont entravé le prélèvement du péage sur certaines barrières du réseau autoroutier. VINCI Autoroutes a rappelé à plusieurs reprises que le péage est dû par les usagers au titre de dispositions à valeur légale et réglementaire, et que s’y soustraire constitue une infraction au Code de la route".

Puis, elle met en avant "De nombreux usagers ont d’ailleurs spontanément pris contact, dès les premiers jours du mouvement, avec le service commercial de VINCI Autoroutes pour connaître les modalités permettant de s’acquitter du péage correspondant à leurs trajets effectués dans ces conditions particulières. En réponse, VINCI Autoroutes a demandé aux usagers n’ayant pu s’acquitter du péage de le faire de façon différée, et a d’emblée décidé de ne pas appliquer l’amende prévue par la loi (Grenelle2)".

Le gestionnaire d'autoroutes avait indiqué lundi qu'il comptait identifier - grâce à ses caméras de surveillance - les automobilistes qui ne se sont pas acquittés des droits de passage pendant les actions des Gilets Jaunes puis de leur envoyer la facture. Cette décision avait déclenché un tollé parmi les automobilistes et les élus.

Sur les ondes de France Info ce mardi matin, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, avait jugé pour sa part la demande de Vinci "très incongrue". 

Plusieurs dizaines de millions d'euros de dégâts
Selon la société, près de 250 sites ont été impactés par le mouvement de protestation. Elle déplore également la destruction de 6 bâtiments d'exploitations, de 33 véhicules d’intervention, 15 échangeurs et plates-formes de péage ainsi que des dégradations de plusieurs chaussées. La facture s'élèverait ainsi à "plusieurs dizaines de millions d’euros".

En milieu de journée ce mardi, des manifestations sont encore en cours sur une quarantaine de points du réseau. Il est possible de connaître les lieux des manifestations des Gilets Jaunes sur cette page.