Grève des transports : les salariés absents ou en retard peuvent-ils être sanctionnés ?

C'est une question que beaucoup de salariés se posent en cette période de déplacements difficiles : en cas de grève, les salariés absents ou en retard peuvent-ils être sanctionnés ? La Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre) répondent non, et suggèrent le télétravail.

Alors que certains salariés ne peuvent pas se rendre à leur travail ou arrivent en retard ces jours-ci du fait d'un mouvement social dans le secteur des transports, qu'en est-il pour ces salariés ? Peuvent-ils être sanctionnés par leur employeur ?

Non, répond Service-public.fr, en cas de grève des transports , les salariés empêchés d'aller au travail ou retardés ne peuvent pas être sanctionnés. Dans ce cas, ils peuvent invoquer un cas de force majeure en présentant un justificatif de retard ou d'absence.

Les employeurs ne sont toutefois pas obligés de rémunérer le temps d'absence de leurs salariés (sauf convention ou accord collectif plus favorable).

Par ailleurs, pour éviter une retenue sur salaire et avec l'accord de leur employeur, les salariés peuvent compenser leur absence ou retard :
- en récupérant les heures de travail perdues ;
- en posant un jour de congés payés ou, s'ils en bénéficient, un jour de réduction du temps de travail (RTT).

Et, si cela est possible, l'employeur peut aussi décider de recourir au télétravail, une option désormais bien encadrée.