IATA table sur un ralentissement de la croissance

Le ciel mondial a enregistré au mois de juillet dernier une hausse de trafic passagers globale de 6,2% ainsi qu'un nouveau coefficient d’occupation record avec une moyenne de 85,2%. Toutefois, l’Association du transport aérien international (IATA) ne se réjouit pas totalement de ces belles performances. L'organisation annonce un ralentissement continu de la croissance au cours des mois à venir.

Tout comme en France, le secteur aérien mondial s'est montré particulièrement vigoureux au mois de juillet. La demande a globalement progressé de 6,2%. IATA précise : "Bien qu’il s’agisse d’une diminution comparativement au taux de croissance de 8,1% observé en juin, cela constitue un solide départ de la haute saison dans le secteur passagers". De plus, la capacité (sièges-kilomètres offerts, ou ASK) a grimpé de 5,5% et le coefficient d’occupation des sièges a gagné 0,6 point de pourcentage pour atteindre un niveau record pour le mois de juillet, soit 85,2%.

Si les performances du mois de juillet ont été solides, Alexandre de Juniac, directeur général et chef de la direction de l’IATA prévient : "Les coûts croissants, en particulier le carburant, vont probablement atténuer la stimulation associée aux bas tarifs. Par conséquent, nous nous attendons à constater un ralentissement continu de la croissance comparativement à 2017".

Trafic international
Le trafic de passagers internationaux en juillet a progressé de 5,3% par rapport à juillet 2017. Cela représente toutefois un ralentissement comparativement à la croissance de 8,2% enregistrée en juin. La capacité totale a augmenté de 4,7% et le coefficient d’occupation a gagné un demi-point de pourcentage pour s’établir à 85,0%. Toutes les régions signalent une croissance, l’Asie-Pacifique (+7,5%) se classant en tête pour la première fois en trois mois.

Les transporteurs d’Europe affichent une hausse de trafic international de 4,4% en juillet, en glissement annuel, en baisse par rapport à la croissance de 7,1% enregistrée en juin. IATA ajoute "En chiffres désaisonnalisés, les volumes de passagers ont stagné au cours des trois derniers mois, ce qui reflète l’évolution variable de l’économie et les possibles impacts des grèves frappant le contrôle aérien dans la région". La capacité a grimpé de 3,9% et le taux de remplissage a gagné 0,5 point de pourcentage pour atteindre 89,1%, le taux le plus élevé parmi toutes les régions.

Les compagnies aériennes d’Asie-Pacifique ont enregistré une augmentation de trafic de 7,5% par rapport à l’année précédente, soit un ralentissement par rapport au mois de juin (+9,6%). La capacité a grimpé de 6,0% et le coefficient d’occupation des sièges a gagné 1,1 point de pourcentage pour s’établir à 82,1%. Cette progression est favorisée par les effets combinés de la robuste croissance économique régionale et de l’augmentation des routes offertes aux voyageurs.

Les transporteurs du Moyen-Orient ont présenté en juillet une augmentation de la demande de 4,8%. La capacité a progressé de 6,5% tandis que le taux de remplissage a perdu 1,3 point de pourcentage pour s’établir à 80,3%.

Les compagnies d’Amérique du Nord ont affiché une hausse de trafic de 4,1% en juillet, par rapport à l’année précédente. "Ce résultat est inférieur au taux de 6,0% enregistré en juin, mais il demeure supérieur à la moyenne sur cinq ans pour les transporteurs de la région, alors que le fort élan de l’économie américaine sous-tend une reprise de la demande internationale chez ces transporteurs".

En Amérique latine, le trafic de passagers internationaux a grimpé de 3,8% en juillet, soit le taux le plus faible parmi toutes les régions. Il s’agit d’un déclin comparativement au taux de croissance d’une année sur l’autre de 5,6% enregistré en juin. La capacité a augmenté de 4,6% et le coefficient d’occupation a perdu 0,6 point de pourcentage pour s’établir à 84,2%. Des signes d’affaiblissement de la demande sont apparus, en même temps que les bouleversements dus aux grèves générales au Brésil.

Les transporteurs d’Afrique ont enregistré un taux de croissance de 6,8% en juillet. La capacité a augmenté de 3,9% et le coefficient d’occupation a gagné 2,1 points de pourcentage pour s’établir à 76,0%. Les prix plus élevés du pétrole et des matières premières favorisent l’économie de plusieurs pays.