Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


In Extenso Deloitte : un bon mois de juillet pour les hôteliers français


L'hôtellerie française a connu un beau mois de juillet sur l'ensemble des segments. Mais selon le baromètre In Extenso Deloitte, les établissements de Luxe – surtout ceux de Paris et de Canne - étaient particulièrement en forme avec des RevPAR en hausse de 19% et 53%.



Un bon mois de juillet pour les hôteliers
Un bon mois de juillet pour les hôteliers
L'étude du syndicat UMIH parlait d'une hausse de prix de 6,3% en juillet dernier, le Baromètre In extenso le confirme : les hôtels parisiens ont été très performants au mois de juillet, avec des chiffres d’affaires hébergement (RevPAR) progressant sur l’ensemble des catégories. Pas moins de 10% sur le Haut de gamme à 19% sur le Luxe. Même constat pour leurs confrères franciliens. Les RevPar ont grimpé de 14% sur la catégorie Milieu de gamme, 13% sur l’Économique et 6% sur le Super-économique.

Sur les huit mois de l’année 2018, tous les indicateurs sont dans le vert en Île-de-France. Le baromètre In Extenso Deloitte précise : "Notons que plus l’on monte en gamme d’hôtel, plus les évolutions de fréquentation sont importantes, ce qui s’explique notamment par le retour de la clientèle internationale, fréquentant essentiellement l’hôtellerie de classification quatre et cinq étoiles".

Des résultats plus mitigés en Régions
Les performances sont plus mitigées au mois de juillet en Province. Les taux d’occupation sont relativement stables pour l'ensemble des segment, à l’exception du Super-économique qui affiche un retrait (-2,6%). Toutefois, les TO restent dans l'ensemble de bons niveaux, entre 70,2% et 76,4%.

En données cumulées à fin juillet 2018, les RevPAR sont en hausse de 1% sur l’hôtellerie Milieu de gamme à 4% sur le Super-économique malgré un taux d’occupation en retrait de presque de 3% au mois de juillet.

Des situations divergentes sur les côtes françaises
Sur les littoraux français, les hôtels n’ont pas tous enregistré un gain d'activité. Les résultats sont ainsi au rendez-vous en juillet sur le Littoral Bretagne et Pays-de-Loire, avec des RevPAR progressant de 3% sur le Haut de gamme & Luxe et l’Économique, à 7% sur le Super-économique. Dynamisme similaire sur le Littoral Normand et Nord-Pas-de-Calais : l’hôtellerie Haut de gamme et Luxe se démarque, avec une hausse d’occupation de l’ordre de 8% et une progression de 4% de la recette moyenne par chambre louée, permettant une croissance de 13% de RevPAR.

En revanche, sur le Littoral Charente-Maritime et Aquitaine, les résultats sont en retrait. Les RevPAR baissent de 1% à 8% selon les catégories.

Plus globalement, dans l’ouest de la France, les hôteliers ont fait une bonne avant-saison, mais pour certains, ce mois de juillet a été catastrophique. Le rapport précise "De manière générale, l'absence de progression sensible de la fréquentation s'explique par plusieurs facteurs comme la canicule en Europe, l'effet de la Coupe du Monde de Football qui s’est achevée le 15 juillet et le changement des pratiques touristiques observé chez les professionnels du secteur".

Les étrangers boostent la Côte d'Azur
Sur la Côte d’Azur, les catégories supérieures se sont démarquées en juillet avec des progressions de chiffre d’affaires hébergement (RevPAR) de 3% à 4% sur les catégories Milieu et Haut de gamme, et de 34% sur l’hôtellerie de Luxe. Les clientèles étrangères ont tiré la croissance cet été en revenant entre autres dans les adresses de Luxe cannoises. Les établissements de la ville ont, en effet , enregistré un très bon mois de juillet, avec une progression de l’occupation de 28% et de 19% de la recette moyenne par chambre louée.

En cumulé à fin juillet 2018, les RevPAR sont en hausse de 3% sur le segment Économique à 10% sur le Luxe. Seule, la catégorie Super-économique affiche un repli de 2% de RevPAR malgré une recette moyenne par chambre louée progressant de presque 8%, ne venant pas compenser la baisse d’occupation de 9%.