KLM se prépare à faire face au divorce d’Air France-KLM avec Alitalia

Le divorce entre Air France-KLM et Alitalia est de plus en plus inévitable semble t-il. Si les partenaires se sont donnés plus de temps en prolongeant jusqu'à fin mars les accords de la joint-venture européenne, arrivés à expiration le 13 janvier 2017, KLM avance ses pions sur le marché italien en annonçant l'ouverture d'une desserte sur Milan Malpensa.

La joint-venture européenne d'Air France-KLM et Alitalia est arrivée à échéance le 13 janvier 2017. Le groupe franco-néerlandais profite de la prolongation des accords jusqu'au 25 mars pour tenter de trouver une entente avec sa partenaire italienne. Le CEO de KLM, Pieter Elbers, a expliqué au site néerlandais Up In The Sky, "Bien qu'Alitalia ait annulé l'accord, nous continuons à discuter avec eux des possibles solutions".

Les relations ne sont donc pas rompues mais KLM se prépare à la rupture. Et pour cause, le CEO le reconnait : "Si aucune solution n'est trouvée, une des conséquences pourrait, en effet, être la perte des slots à Milan Linate". La compagnie néerlandaise est déjà prête pour cette éventualité. Elle a annoncé le 17 janvier 2017 son retour sur Milan Malpensa. Après 5 ans d'absence, le transporteur assurera lui-même deux vols quotidiens entre cette plate-forme italienne et Amsterdam à compter du 26 mars. De son côté, Air France propose 5 liaisons par jour entre Milan Linate et CDG.

Dans son communiqué, KLM ne remet pas en cause les services proposés au départ de Milan Linate. Mais en réalité cela dépendra en grande partie des discussions avec Alitalia. Selon le journal italien Sole24Ore, la compagnie transalpine souhaiterait reprendre ses slots de Milan Linate afin d'assurer elle-même des vols long-courriers depuis cette piste, au lieu d'alimenter les long-courriers de KLM et Air France.