Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires



Mercredi 13 Juin 2018

La DGAC planche sur l'avenir de l'aéroport de Nantes-Atlantique


Avec l'arrêt du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, une question s'est imposée : comment réaménager Nantes-Atlantique pour qu'il absorbe la hausse de trafic aérien prévue dans la région ? La DGAC planche sur le dossier et envisage notamment la construction d'une deuxième aérogare.



L'aéroport de Nantes-Atlantique vu du ciel DR
L'aéroport de Nantes-Atlantique vu du ciel DR
L'arrêt du projet de Notre-Dame-des-Landes conduit la DGAC à revoir l'avenir aérien de la région nantaise. Pas de projets concrets ou de chiffrage de budget précis pour le moment, uniquement des pistes de réflexion et de travail.

Ainsi, tablant sur un trafic annuel de 9 millions de passagers pour l'aéroport de Nantes, l'organisation indique dans un document de travail obtenu par Ouest France que des réaménagements vont être nécessaires, dont certains "à prévoir rapidement".

Parmi ceux à réaliser dans un avenir proche, la DGAC évoque la construction d'une nouvelle aérogare de 35 000m² permettant à la plate-forme d'augmenter sa capacité jusqu'aux 7 à 9 millions de voyageurs visés. Elle conseille aussi la modernisation du bâtiment actuel. Elle explique : "deux niveaux de qualité de service peuvent être envisagés à Nantes", à condition de "séparer les aérogares".

L’Aviation civile détaille les atouts de cette solution "Des aérogares de plus petite taille, un positionnement plus facile des équipements, un trafic adapté à Nantes où le low-cost représente environ 50%". Toutefois, deux terminaux imposent "des surfaces plus importantes" et entrainent la "complication des correspondances" et "une tarification différente pour les compagnies". 

La DGAC chiffre sommairement le coût de construction à 1500€ le m² pour un aérogare low-cost et le double pour un bâtiment dédié aux vols traditionnels.

Un allongement de la piste envisagé
La DGAC prévoit "la correction du profil et le renforcement" de la piste actuelle. Elle préconise l’allongement de la piste vers le Sud, sans indiquer de distance. Le projet nécessiterait également "le renforcement et la reconstruction, selon les sections, du taxiway".

La création d'une piste transversale Est-Ouest a également été étudiée mais ce scénario a toujours été rejeté par le passé car il demanderait des "acquisitions foncières très importantes".

Mais il faudra tout de même acheter de nouvelles terres. La DGAC reconnaît que l'espace de la plate-forme actuel ne sera pas suffisant pour développer des installations pour 9 millions de passagers.

De plus, l'organisation table sur le lancement de la concertation publique sur le réaménagement de Nantes-Atlantique pour début 2019 et l'obtention de la déclaration d’utilité publique (DUP) pour fin 2020.

Le gouvernement a assuré que les travaux de modernisation de l'aéroport de Nantes seraient lancés avant la fin du quinquennat.



1.Posté par RIYDOUDOU le 13/06/2018 23:12
« Avant la fin du quinquennat », mais de quel Président?

2.Posté par Bertlondon le 17/06/2018 11:10
La DGAC se trompe avec cette idée de deux aérogares à Nantes « avec deux niveaux de qualité de service ». C’est une solution du 20e siècle qui nous est proposée alors que les aéroports ayant choisi cette voie réalisent aujourd’hui leur erreur (ex à Bordeaux). Qu’est-ce qu’une compagnie low cost ?? Hop est-elle low cost ? EasyJet l’est-elle ? L’une comme l’autre traitent des voyageurs d’affaires. Transavia a un vol sur Berlin qui intéresse aussi les professionnels. Volotea dessert aussi des destinations prisées par les pros. Donc plutôt que d’envisager de traiter différemment les voyageurs selon les compagnies aériennes, le bon critère pourrait être à la rigueur la destination.

Mais je pense que la meilleure des solutions consiste à traiter tous les passagers dans une seule aérogare compacte, adopter le modèle Shiphol et non Paris CDG et ses aérogares éclatées sur plusieurs endroits. Bien sûr on parle de Nantes donc d’un potentiel de 9 ou 10 M pax dans 15 ans. Mais il vaut mieux prévoir une aérogare qui se fasse dans le prolongement de celle qui existe, qui soit capable de traiter 6M pax au moins à l’ouverture, puis une fois ouverte on refait à neuf l’actuelle ce qui donnera, une fois les travaux terminés, un aéroport adapté pour accueillir 10 M pax. Le tout accessible facilement à pied et sous abri d’un bout à l’autre. Avec du côté des nouveaux bâtiments tout ce qui manque aujourd’hui (salons business, commerces utiles et attractifs) et dans l’ancienne aérogare rénovée on peut prévoir d’autres commerces qui seront dans le prolongement de la nouvelle aérogare. Les commerces doivent être accessibles de tous les voyageurs, c’est ce qui les rendra attractifs et rentables. Ce n’est pas parce que vous voyagez sur Transavia que vous n’avez pas envie d’acheter un guide de voyage, un bon bouquin, un produit en pharmacie ou que sais-je. Ne commettons pas l’erreur de séparer les aérogares et les voyageurs à Nantes !!


Qui sommes nous ? - Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires et sites recommandés : Vacances Pratiques, twitter, Google France, Santé voyage

Numéro de Commission Paritaire des Publications et Agences de presse : 1221 W 90128
Numéro d' ISNN - 2105-049X - Numéro de déclaration à la CNIL : 1391313

 

Deplacements Pros.com est membre du Centre Français d'Exploitation du Droit de la Copie.

Merci de le signaler à votre entreprise afin qu'elle rajoute Deplacements Pros.com sur sa liste des sources d'informations consultées par son personnel.