La Nouvelle Zélande augmente les taxes et les prix des visas

La Nouvelle-Zélande prévoit d'imposer une nouvelle taxe aux touristes étrangers à compter de mi-avril 2019 et d'augmenter les prix des visas. Le gouvernement met en place ce dispositif pour faire face à la croissance du nombre de ses visiteurs et financer l'amélioration de ses infrastructures.

La Nouvelle-Zélande fait partie des destinations les plus chères à l'installation pour les expatriés, en raison principalement du coût de ses visas. Et cela ne devrait pas changer. Le gouvernement néo-zélandais souhaite augmenter le tarif de ses visas en novembre prochain.

Selon son projet, le visa de travail grimperait de 54%, passant ainsi de 355 NZD à 547 NZD (env. 327€). Le visa visite serait augmenté de 10% pour atteindre 166 NZD tandis que les frais d’immigration seraient revus à la hausse de 43% pour arriver à un montant de 830 NZD (496,36€).

Une nouvelle taxe imposée aux touristes étrangers en avril 2019
La Nouvelle-Zélande veut également instaurer une nouvelle taxe pour les touristes étrangers à partir de mi-avril 2019. Les voyageurs d'affaires devraient alors débourser entre 25 et 35 dollars néo-zélandais (15 et 21 euros). Les Australiens, les habitants des îles du Pacifique ainsi que les enfants de moins de 2 ans seraient exemptés de la taxe touristique.

Les autorités envisagent de s'appuyer sur le système ETA dont la mise en place est à l'étude pour les citoyens bénéficiant actuellement d’une exemption de visa, comme les ressortissants français et de l’U.E. Le futur ETA serait pour sa part valable pour une durée de 2 ans et devrait coûter 9 NZD.

Le ministre du Tourisme néo-zélandais, Kelvin Davis, a expliqué : "Cette croissance (du tourisme) a eu un impact sur les coûts et sur la disponibilité des infrastructures fournies par le secteur public. De nombreuses régions ont du mal à faire face et ont besoin rapidement d'améliorer leurs installations afin que les voyageurs du monde entier puissent pleinement profiter de leurs séjours".

Cette mesure devrait permettre au pays de collecter 80 millions de dollars néo-zélandais la première année. Le gouvernement étudie la possibilité de répartir cette somme entre les infrastructures touristiques et des fonds pour la préservation de l'environnement.