Le SNPL Hop! veut rencontrer Benjamin Smith

Si Air France a signé un accord avec plusieurs syndicats, la grogne monte au sein de sa filiale régionale Hop!. Le SNPL Hop! regrette de ne pas avoir encore rencontré le nouveau patron du groupe, Benjamin Smith, malgré ses demandes.

Pour "rompre avec toutes les mauvaises décisions du passé et de proposer de nouvelles solutions pour valoriser les points forts de la compagnie", le bureau SNPL Hop! a demandé à rencontrer son nouveau patron qui a pointé du doigt par le passé la disparité des compagnies comme un des handicaps du groupe.

L 'organisation déplore que "Plus d’un mois après cette proposition, et malgré les nombreuses relances du SNPL HOP!, l’absence de réponse de Monsieur Benjamin Smith est des plus surprenantes sachant qu’il a à plusieurs reprises montré sa volonté de se rapprocher des salariés de toutes les compagnies du Groupe AF-KLM".

Dans son communiqué du 13 novembre, le syndicat présente son analyse sur les turbulences rencontrées par le transporteur régional, "Pour le SNPL Hop!, les difficultés actuelles de la compagnie résultent des décisions prisent par les directions successives d’Air France, lesquelles n’ont pas su accompagner suffisamment la fusion d’Airlinair, de BritAir et de Régional en une seule entité pour lui permettre de mieux résister à la concurrence et de conquérir de nouveaux clients".
 
Il poursuit ensuite "A la fusion chaotique s’est ajouté un manque d’anticipation du sous-effectif pilote généré par des départs importants vers Air France. Le manque de rationalité dans les choix stratégiques concernant la flotte a accentué la perte de parts de marché au profit de la concurrence".

Armand Simon, Président du Bureau SNPL HOP, conclut "nos collègues comprendraient très mal que le nouveau Directeur du Groupe AF-KLM, un homme expérimenté et qui semble volontaire, ne se saisisse pas de l’opportunité de les rencontrer alors qu’ils ont des solutions à proposer".