Péages autoroutiers: Vinci prêt à faire un geste en faveur des automobilistes

Le PDG de Vinci, Xavier Huillard, a déclaré que son groupe était prêt à faire un geste à propos des hausses des péages autoroutiers en France pour cette année, selon des propos rapportés par le Figaro.

Alors que le prix des péages devrait, en théorie, augmenter en moyenne de 1,9 % le 1er février, le gouvernement veut éviter de braquer les "gilets jaunes". "J'ai engagé des discussions avec les sociétés d'autoroutes en les appelant à prendre leurs responsabilités et à prendre en compte les attentes des Français en termes de pouvoir d'achat, a insisté la ministre mardi sur France Inter. J'attends leur proposition."

Vinci, l'un des principaux concessionnaires, est prêt à faire un geste. "Il faut redonner de l'air à ceux qui utilisent l'autoroute dans le cadre de leur trajet domicile-travail", a reconnu quelques heures plus tard Xavier Huillard à Lisbonne. Le PDG de Vinci s'exprimait en marge de la signature d'un accord avec le gouvernement portugais, qui prévoit un investissement de 1,15 milliard d'euros sur dix ans en vue de doubler la capacité de l'aéroport de la capitale. Sanef, filiale de l'espagnol Abertis, envisage pour sa part de nouvelles offres tarifaires, "par exemple de nouvelles formules d'abonnement domicile-travail."

Jusque-là, les concessionnaires proposaient de geler le prix… en contrepartie d'un rattrapage ultérieur, sous la forme de hausses plus fortes ou d'allongement de la durée des contrats. Une solution à laquelle Élisabeth Borne est opposée, car elle "ampute le pouvoir d'achat de demain en faisant semblant de préserver le pouvoir d'achat d'aujourd'hui." La ministre réclame un "geste commercial pour les transports de tous les jours." Xavier Huillard y est favorable mais souligne qu'il faut un accord de tous les concessionnaires sur le principe et sur sa mise en œuvre concrète, et que le mécanisme sera complexe à déterminer.