Seriez-vous prêt à dépenser plus de 50 000 euros dans une application sans parler à personne?

Si Uber et Airbnb sont parvenus à révolutionner une partie du marché de l’industrie du voyage, les choses ne sont pas encore aussi simples dans le marché du luxe. Pourquoi les plateformes de réservation en ligne n’ont-elles encore qu’un impact marginal sur le secteur de l’aviation d’affaires ? Telle est la question que pose François-Xavier Camus, nouveau Directeur général d'ACS France.

Au cours de ces cinq dernières années, près de 100 millions d’euros ont été investis dans des plateformes en ligne d’affrètement aérien. L’ambition ? Offrir la possibilité aux voyageurs d’affréter un jet privé de la même manière que de réserver un vol régulier sur Expedia par exemple. Une belle idée, non ? Sauf que la réalité est toute autre. Beaucoup d’entreprises qui ont lancé ce pari se sont cassées les dents. L’une d’entre elles a même fait faillite, une autre aurait perdu près de 30 millions d’euros, et ce malgré le soutien d’une compagnie aérienne réputée.

Alors, quel est le problème ? Chez ACS, nous estimons qu’il est essentiel d’associer un système de tarification en ligne efficace à un service personnel de qualité. C’est une vision que partage Justin Bowman, notre PDG. Il explique que les consommateurs adorent faire des achats en ligne, mais pour des produits de valeur comme les voitures ou l’immobilier, ils continuent de s’adresser à un interlocuteur expert dans sa discipline.

Une nouvelle catégorie de startups d’affrètement aérien en ligne vante la simplicité et la commodité de leur modèle, certaines se targuant même d’être les « Ubers du ciel ». Il existe toutefois une différence de taille entre affréter un avion privé et appeler un taxi ou réserver un billet sur un vol régulier. De très nombreuses variables doivent être prises en compte lorsque l’on réserve un jet privé, et la plupart des informations ne sont pas disponibles en ligne. Pour pouvoir garantir les prix affichés, ces startups doivent prendre en compte les contingences tarifaires. Car s’il est tout à fait possible de réserver en ligne, vous obtiendrez cependant un meilleur prix en parlant à un conseiller qui contactera directement les meilleurs opérateurs et qui négociera pour vous. Ainsi, et contrairement à la plupart des sites de vente en ligne, l’économie espérée ne sera pas démontrée et le service sera standard pour chaque type de clientèle. On est bien loin de la prestation personnalisée et sur-mesure.

La technologie doit donc être pensée selon le processus d’achat et les préférences de chacun et pas uniquement comme un outil d’optimisation de temps.
A bon entendeur !

François-Xavier Camus,
Directeur général ACS France

À propos du groupe Air Charter Service

Créé par Chris Leach en 1990, le groupe ACS emploie 351 salariés répartis dans 20 bureaux répartis sur les six continents. ACS propose des solutions complètes d'affrètement en aviation d’affaires, commerciale et cargo.
Le chiffre d’affaires du groupe s’élève à près de 460 millions d’euros.
En 2015, ACS a transporté près de 250 000 passagers et 40 000 tonnes de fret aérien.
Avec plus de 10 000 missions organisées chaque année, ACS a été élu Courtier en fret aérien de l’année par les the ACW World Cargo Awards en 2016, 2015, 2014 et 2013 et Courtier en fret aérien en 2015 et 2014 par Air Cargo News.
Twitter @ACS_France