Voyageurs d’affaires, il ne faut pas croire ce que dit l’État pour votre carte d’identité

Sans grande surprise, les affirmations des services de l'Etat en matière de documents pour voyager se sont révélées erronées ! En prolongeant la validité de la carte nationale d'identité, le gouvernement a ouvert la porte à toutes les interprétations, y compris pour la zone Schengen.

Pas moins d'une vingtaine de cas de difficultés aux frontières ont été recensés cet été autour de la prolongation de la CNI. Si beaucoup de cas concernent les retours de vacances, 5 à 6 ont directement affecté des voyageurs d'affaires. Souvent jeunes et récemment entrés dans l'entreprise, conseillés parfois rapidement par les ainés, ils se sont retrouvés coincés à un guichet d'enregistrement.

Si la France affirme avoir informé ses voisins européens de sa décision de prolonger de 10 à 15 ans la validité de la CNI, elle omet de préciser que tous les pays ne considèrent pas cette décision comme devant s'appliquer chez eux. L'Allemagne comme l'Italie ont même fait part de leur étonnement suite à cette prolongation de validité et auraient demandé à l'époque que la durée de prorogation ne dépasse pas deux ans. Les pays de l'Est auraient même fait savoir qu'ils étaient réticents à accueillir des Français chez eux avec une Carte d'Identité périmée. Par souci d'économies, l'Etat français a fait la sourde oreille. D'où les bugs encore constatés cet été.

Il reste que le seul et unique conseil à donner aux jeunes voyageurs, c'est de se déplacer avec un passeport, y compris pour les voisins européens. Un document sans ambigüité, reconnu dans le monde entier et qui évite bien des soucis au moment de rentrer en France !

Pour mémoire, les formalités de demandes de documents officiels sont détaillées sur le site du Service Public. Attention cependant aux délais d'établissement et ,'oubliez pas qu'il faut impérativement être sur place pour la prise d'empreintes.