Covid-19 : Pékin impose une quarantaine aux provinciaux et étrangers

Toute personne qui souhaite retourner à Pékin doit désormais passer deux semaines en quarantaine avant d’entrer dans la capitale chinoise.

- Publicité -

Les mesures les plus drastiques prises en Chine pour lutter contre la propagation de l’épidémie de coronavirus Covid-19 sont loin de ne concerner que Wuhan et la province de Hubei (centre). Le virus a en effet migré jusqu’à la province de Zhejiang voisine de Shanghai (Shanghai menacée à son tour par l’épidémie de coronavirus). Les populations de certaines des grandes villes proches de la grande métropole chinoise sont confinées chez elles, devant se conformer à des consignes officielles proches de celles imposées à Wuhan.

L’inquiétude est aussi montée d’un cran ces derniers jours à Pékin. Et les autorités chinoises viennent encore de franchir un palier, en imposant une mise en quarantaine de deux semaines à tous ceux qui ont quitté la capitale chinoise et veulent y revenir. Cette mesure s’applique aux huit millions de travailleurs chinois migrants mais aussi aux étrangers. Les autorités n’ont pas en revanche précisé les mesures appliquées aux étrangers arrivant en Chine par la voie des airs.

Comme à Shanghai, la vie tourne au ralenti dans cette ville de 22 millions d’habitants. Les rues sont presque vides et les rares restaurants ouverts sont déserts. Le salon automobile de Pékin, qui devait se tenir du 21 au 30 avril, vient par ailleurs d’être reporté. Plusieurs autres salons ont été annulés en Chine. Et le retrait de plusieurs gros exposants en raison du coronavirus explique aussi l’annulation du Mobile World Congress, le plus grand salon de l’industrie de la téléphonie mobile, organisé chaque année à Barcelone, lequel devait se tenir du 24 au 27 février prochain.