Covid-19 : l’influence du virus sur le MICE et les voyages d’affaires

Les craintes liées à l’épidémie du coronavirus Covid-19 ont de fortes incidences sur la planification des voyages ainsi que sur la tenue de nombreuses rencontres et conférences internationales.

L’épidémie n’a pas qu’une forte incidence sur les horaires des compagnies aériennes internationales, elle a également un impact important sur tous les types de voyages, tant d’affaires que de loisirs, et cela va bien au-delà de la Chine. De grandes conférences, manifestations et expositions internationales sont annulées ou reportées et celles qui sont maintenues ne battront pas des records de participations, selon de récentes enquêtes.

Première grosse annulation, le Mobile World Congress de Barcelone qui devait avoir lieu fin février, privant ainsi la capitale catalane de 100 000 visiteurs en provenance du monde entier. 

En Californie, Facebook a décidé de ne pas organiser le Global Marketing Summit de cette année qui devait se tenir à San Francisco du 9 au 12 mars avec une participation prévue de 5 000 personnes. Les responsables de Facebook ont invoqué l’épidémie de coronavirus pour justifier leur décision.

La conférence RSA sur la cybersécurité prévue du 24 au 28 février, également à San Francisco est en revanche maintenue, mais l’un des principaux sponsors de l’événement – IBM – a déclaré la semaine dernière qu’il n’y participerait pas. La RSA a indiqué que huit exposants se sont également retirés, dont six de Chine. Les organisateurs de la conférence ont déclaré qu’ils prévoyaient d’offrir des lingettes désinfectantes et des désinfectants pour les mains aux comptoirs d’inscription, dans les salles de réunion, à côté des écrans tactiles et dans les navettes.

À Singapour, une convention sur les pirates informatiques et la sécurité appelée Black Hat Asia 2020, prévue du 31 mars au 3 avril, a été annulée. De même, Cisco Systems a décidé de ne pas organiser sa conférence Cisco Live Melbourne en Australie du 3 au 6 mars.

La grande foire internationale d’art « Art Basel Hong Kong« , prévue du 19 au 21 mars au Hong Kong Convention and Exhibition Center, a également été annulée. La liste se poursuit avec des conférences, petites et grandes, et celles qui se tiennent encore manqueront de participants chinois, qui ne peuvent pas quitter leur pays.

Même les événements non commerciaux sont touchés. Les 38 000 coureurs qui avaient prévu de se rendre au Japon pour le marathon annuel de Tokyo le 1er mars ont été informés que l’événement est désormais réservé à seulement 200 coureurs issus de l’élite.

Alors que les réunions et les conventions internationales sont fortement touchées par la crainte du virus, les voyages d’affaires individuels en souffrent également, car les pros du déplacement y réfléchissent à deux fois avant de passer des heures dans des cabines d’avion avec des gens du monde entier, potentiels porteurs du virus.

Selon la GBTA (Global Business Travel Association), l’équivalent américain de l’AFTM (Association française des Travel managers), une enquête menée auprès de ses membres a révélé que 89 % d’entre eux sont « personnellement préoccupés » par la menace du coronavirus, tout comme 69 % des employés en déplacement de leur entreprise. « En raison de l’inquiétude accrue concernant le coronavirus, 80 % des responsables des voyages estiment qu’il est probable que leurs voyageurs modifient leurs plans de voyage pour éviter les vols et les voyages d’affaires« , a déclaré la GBTA. Près de la moitié (46 %) des responsables des voyages déclarent qu’il est « très probable » que leurs voyageurs modifient leurs projets de voyage en raison du virus, et un tiers (34 %) déclare qu’il est « assez probable » que leurs voyageurs le fassent.