ADP : les compagnies aériennes s’opposent à la hausse des redevances aéroportuaires

Le Groupe ADP veut augmenter les redevances aéroportuaires des plates-formes de Roissy et Orly de 2,957% en 2019. Les compagnies aériennes s'opposent formellement à cette proposition.

Les années se suivent... et se ressemblent. Le groupe ADP veut une nouvelle fois augmenter les redevances aéroportuaires des plates-formes de Roissy et Orly. Après la hausse de 2,275% de 2018, le gestionnaire des pistes parisiennes veut faire grimper sa facture de 2,975% en 2019

Les compagnies aériennes françaises et étrangères ont rejeté à l’unanimité la proposition tarifaire d’ADP. La Fédération nationale de l'aviation marchande (Fnam), particulièrement agacée par cette nouvelle hausse, rappelle dans un communiqué "Sur la période 2015-2017, ADP a augmenté son chiffre d’affaire aéronautique de 8%, soit une moyenne de 4% par an, alors que le trafic passager n’a augmenté en moyenne que de 3% par an sur CDG et ORY".

Elle ajoute qu’"au-delà de la fiscalité classique des entreprises, le transport aérien est soumis à de nombreuses taxes et redevances spécifiques". L'organisation assure que "L’accumulation de ces charges, qui pèsent sur les transporteurs nationaux et les passagers, entraîne une perte de compétitivité du pavillon français. Les compagnies aériennes françaises sont plus exposées à l’accumulation des coûts et des contraintes franco-françaises car elles subissent ces charges pour tous les vols au départ de leurs bases contrairement à leurs concurrents pour lesquels la France n’est qu’un marché parmi d’autres".

Cette facture alourdie pourrait aussi rapidement peser sur le budget déplacement des entreprises. Cette augmentation a, en effet, de quoi faire monter les prix des billets des voyageurs d'affaires.