« Air France a besoin d’une recapitalisation » selon Anne Rigail, sa directrice générale

Invitée de la radio Europe 1 au premier soir du confinement, vendredi 30 octobre, la directrice générale d’Air France, Anne Rigail, a estimé, au regard des pertes enregistrées depuis le début de la crise sanitaire, que la compagnie « aura besoin d’une recapitalisation. »  

Avec 70% de baisse du chiffre d’affaires, des pertes supérieures au milliard et demi lors du troisième trimestre, le transporteur perd 10 millions d’euros par jour, selon les résultats présentés vendredi matin par le transporteur. Le reconfinement va plomber encore plus la compagnie qui peine à se relever du premier confinement, malgré un premier plan de suppressions de 7500 postes d’ici 2022, annoncé l’été dernier.

Au micro de la radio, Anne Rigail a lancé un appel discret à l’Etat. « Compte tenu de nos faibles résultats, on voit qu’il va falloir renforcer notre bilan. Et ça passera par une recapitalisation. La structure du bilan est tellement affaiblie qu’il faut injecter du capital.« 

Qui ? Comment ? Combien ? La directrice générale de la compagnie tricolore est restée assez floue, se contentant de glisser non sans arrière-pensée que l’Etat français « est un actionnaire de référence de la compagnie » dont il détient 14,2% du capital.

Enfin, interrogée sur la perspective d’une reprise pour le secteur aérien et d’un retour à un trafic normal, Anne Rigail ne s’est pas risquée aux prédictions, « Bien malin celui qui pourra dire si l’on retrouvera un trafic pré-coronavirus en 2023, 2024 ou 2025. Le jour où on aura retrouvé 80% du trafic de 2019 on sera déjà dans une situation bien meilleure que celle que nous connaissons aujourd’hui. »