Mooncard décroche la lune : l’Etat français

Mooncard décroche la lune : l'Etat français
Tristan Leteurtre (sans veste), cofondateur et président de Mooncard, aux Lauriers du Voyage d'affaires en décembre 2019.

La fintech Mooncard est désormais fournisseur de l'Etat. Au total, 150.000 agents publics seront équipés de la carte corporate qui permet une rationalisation de la gestion des notes de frais.

Matignon, Bercy, le Ministère de la Défense, la Police, la Gendarmerie Nationale, le Louvre, le CNRS... Ces trois derniers mois, ce sont 500 établissements publics qui viennent d’installer la solution Mooncard auprès de leurs agents. Au total, 3.000 établissements publics pourront équiper près de 150.000 agents avec cette carte intelligente.

Plusieurs fois lauréate des Lauriers du Voyage d'affaires de DéplacementsPros, la startup française n'a pas raté le train de la transformation et la digitalisation de l'Etat que le ministre de l'Economie Bruno Lemaire et le secrétaire d'Etat chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques Cédric O ont appelé de leur vœux.

Pour ce faire, le gouvernement indiquait en juin dernier que l’État allouerait une enveloppe de 7 milliards d’euros à sa propre transformation numérique et aux territoires, au développement des startups et à la « souveraineté technologique française ». 
C’est dans ce cadre que Mooncard, fintech française leader des cartes corporate intelligente dans la gestion des frais professionnels, a décroché cet appel d'offres d'envergure. Ainsi sont d'ores et déjà équipés ou en cours de l'être totalement :

  • l’Éxécutif et les collectivités : Matignon, l’ensemble des ministères français (Économie et
    Finances, Défense...) et un nombre croissant de collectivités locales (Département de la
    Vienne, municipalités, régions, préfectures...)
  • le secteur de la Culture et du Tourisme : des musées et centres de recherche, dont Le Louvre, Le Centre Pompidou, Le Mont-Saint-Michel, etc.
  • le secteur de l’enseignement : plusieurs rectorats, universités et écoles supérieures, dont le CNRS, l’Université de Reims, l’institut Mines-Telecom, Arts et métiers, etc.
  • le secteur de la sécurité et de la justice : Cours d’appel, Police Nationale et Gendarmerie
    Nationale, etc.
  • ou bien encore le secteur du développement durable et le secteur médical avec plus d'une dizaine d’hôpitaux dans toute la France.

Développement

Depuis deux ans, Mooncard connait un développement rapide sur tout le territoire avec près de 3.000 entreprises clientes qui ont opté pour une solution complète, destinée à « tuer les notes de frais » (restauration, essence, hôtels, matériels informatiques, etc.). En effet, sa levée de fonds en janvier 2019, opérée avec le soutien de deux grands investisseurs français, Bernard Arnault (Aglaé Ventures) et Clara Gaymard (Raise), Mooncard a pu ainsi multiplier par 6 son parc de cartes et son chiffre d’affaires.

Un développement qui a permis la création de nouvelles cartes et services, tels que la Mooncard X (Mars 2020) - accès à un assistant personnel 7j/7 et 24h/24, une agence de
voyage dédiée, un statut privilégié auprès de 60.000 acteurs de services ou marchands
(loueurs, lounges d’aéroports, fleuristes...) et des assurances voyage ou informatique ; ou la Mooncard Mobility (Été 2020) : première carte carburant française pour les
déplacements professionnels donnant accès à 100% des stations-service, des parkings et des péages.

Motif de satisfaction pour la fintech, ce sont tous les types d'entreprises qui sont demandeuses de leurs solutions de simplification et de rationalisation des charges administratives. Aussi bien les indépendants (ambulanciers, avocats, taxis, coursiers...), les startups et PME (Cityscoot, Linxo, Diabeloop...), les ETI (Coyote, Zadig & Voltaire, Meilleurtaux.com, O'Tacos, Aéroport Strasbourg, Egg Events...), que les grands groupes (Cora, Air France, JDC SA, Indigo parking, Groupe Poisson, Safran...).