La Chine entrouvre ses frontières

La Chine se relève peu à peu de la crise du coronavirus et le pays ouvre ses frontières sous conditions. On peut désormais se rendre à Pékin à condition de faire une escale dans un autre aéroport chinois au préalable.

- Publicité -

Alors que l’Europe est en pleine crise sanitaire, la Chine, point de départ de l’épidémie est à présent en phase de rémission. Signe tangible de ce changement, les vols domestiques ont augmenté de 230 % la semaine dernière par rapport à la semaine précédente.

Les vols internationaux en direction de l’Empire du Milieu connaissent, eux aussi, une reprise, bien plus légère, ne serait-ce qu’en raison des mesures de confinement prises dans beaucoup de pays, européens notamment. La relative faiblesse, pour l’heure, du retour des étrangers n’est pas pour déplaire aux autorités chinoises qui restent prudentes. Elles craignent, en effet, une 2ème vague de pandémie causées par des contaminations extérieures au pays.

Pour justifier ces craintes, le gouvernement a fait savoir que les 39 cas de d’infection que le pays avait connus dimanche 22 mars étaient tous « importés ». Pour ces mêmes raisons, les autorités sanitaires et de l’aviation de la République populaire de Chine ont émis une directive à l’intention de toutes les compagnies aériennes internationales desservant Pékin, leur donnant pour instruction d’atterrir dans un autre aéroport désigné en Chine avant de poursuivre leur route vers la capitale.

Ainsi, à titre d’exemple, à du dimanche 22 mars, les services de la compagnie émiratie Etihad Airways à destination de Pékin s’arrêteront dans la ville de Xi’an, où les passagers débarqueront pour se soumettre à un contrôle sanitaire, à un contrôle douanier et une récupération de leurs bagages. Une fois l’autorisation d’entrée en Chine obtenue, les passagers seront réembarqués et leurs bagages seront rechargés pour le vol jusqu’à Pékin.

Une procédure longue et contraignante mais, pour l’heure c’est le prix à payer pour le retour en Chine.