CWT sous Chapitre 11 : « On est dans le cadre d’un consentement mutuel »

CWT sous Chapitre 11 :

Suite à notre article annonçant vendredi dernier la procédure de Chapitre sous laquelle se plaçait CWT, le directeur de la communication, et Stéphane Birocheau, VP EMEA de la TMC, ont tenu à apporter quelques précisions. Synthèse.

Bien sûr, la période est compliquée pour CWT. L'impact du placement de la TMC sous chapitre 11 relève du paradoxe : d'un côté, il offre une solution qui vise à assainir la situation de l'agence, de l'autre, le message qu'il envoie est anxiogène.

C'est évidemment en insistant sur le premier de ces points que Julian Walker, en charge de la communication de CWT, et Stéphane Birochau, Vice-President Head of Customer Management EMEA, ont voulu réagir à l'article que nous avons publié vendredi dernier.

> Tremblement de terre dans le BT : CWT sous chapitre 11

L'un et l'autre ont voulu rappelé que le dispositif américain de Chapitre 11 ne correspondait en rien à une mise en faillite ou à un redressement judiciaire tel qu'il peut exister, sous diverses formes, en Europe. Il correspond à une réduction de la dette par restructuration du capital. En d'autres termes : à une conversion de dettes en action.

Voilà pour la précision à focale large. Mais Stéphane Birochau tient à préciser que si la procédure peut être longue et pénible (on pense notamment au cas, récent, de Hertz), dans le cas de CWT, il devrait aboutir en quelques semaines : à la mi-novembre la justice américaine devrait avoir entériné le processus.

"Pre-packaged"

La raison d'une telle célérité ? L''utilisation de la version "préétablie" du chapitre 11 ("pre-packaged" court-supervised process), rendue possible par le fait que "90% des détenteurs de notre dette ont apporté leur accord à ce processus.", explique Stéphane Birochau. Et le responsable EMEA de CWT d'utiliser une analogie : "C'est comme dans le cadre d'un divorce. Quand ça se déroule par consentement mutuel, ça facilité infiniment les choses".

A propos de cette procédure, Julian Walker ne dit, en substance, pas autre chose : "C'est rapide - avec le soutien massif de nos parties prenantes financières, nous prévoyons de terminer le processus judiciaire; c'est efficace - nous obtenons toutes les approbations nécessaires à l'avance, de sorte qu'une fois que nous aurons l'approbation du tribunal, nous pourrons mettre en œuvre l'accord - et commencer à en retirer les avantages - immédiatement".

Toutes ces précisions sont certainement utiles - la rapidité de l'exécution de l'agreement, notamment, est un élément important. L'empressement avec lequel le service communication de l'agence américaine nous les a délivrées révèlent la sévérité des turbulences qu'elle traverse actuellement. La réaction des clients et fournisseurs de la TMC ? On ne la connaîtra pas dans l'immédiat. Mais Les deux responsables de CWT dont nous avons recueilli le témoignage tiennent à préciser d'une seule voix : "Les uns et les autres ont été informés tout au long du processus et leur réaction à été très positive car CWT en sortira renforcée". L'avenir seul révèlera la pertinence d'un tel optimisme.