SNCF : l’avenir des petites lignes devrait être tranché à la fin du mois

La SNCF envisage de supprimer les trains de plusieurs petites lignes non rentables afin de faire des économies. Selon France 2, la compagnie ferroviaire va prendre une décision sur ce sujet - qui inquiète de nombreuses régions de l'Hexagone - "d'ici la fin du mois".

Pour faire des économies, la SNCF envisage de suivre une des recommandations du rapport Spinetta, remis au Premier Ministre Édouard Philippe en février 2018 : fermer les petites lignes non rentables. Ainsi, l'avenir de 56 lignes et 120 gares serait actuellement sur la sellette.

Selon France 2, la compagnie ferroviaire va trancher sur ce dossier d'ici la fin du mois. Le journaliste Julien Duponchel a ensuite précisé ce lundi sur le plateau du 13 heures "La SNCF, que nous avons contactée ce matin (lundi 11 mars), assure que ces lignes ne sont pas supprimées, mais suspendues. Concrètement, des alternatives sont à l'étude : ça peut être un remplacement du train par un car, ou une réduction du nombre de voies."

Si les Hauts de France ne devraient pas perdre leurs TGV, les lignes TER ou Intercités de 4 régions, plus particulièrement touchées, pourraient faire les frais de ce grand ménage. on peut citer entre autres la liaison entre Tours et Loches (Centre-Val de Loire ; Indre-et-Loire), celle entre Mont-de-Marsan et Morcenx (Nouvelle-Aquitaine ; Landes), la ligne Nîmes-Le Grau-du-Roi (Occitanie ; Gard) ou encore celle entre Aurillac (Cantal) et Arvant (Haute-Loire).