Fin des « private channels » AF : un mauvais signal pour le marché

1277

Amadeus et Air France viennent de conclure un accord mettant fin aux « private channels » qui les liaient aux agences de voyages. Un impact certain et conséquent pour le client final et la distribution.

Ce que nous annoncions déjà le 9 juillet vient de trouver un épilogue avec la signature d’un accord entre le transporteur et la plateforme de distribution de contenu. Mauvaise nouvelle pour les acheteurs et les travel managers : il va falloir passer à la caisse et pouvoir l’expliquer ! Quant aux agences de voyages, elles peuvent dire adieu à l’accès au « full content ».

Pas qu’une histoire de gros sous…

Pour accéder au contenu NDC du GDS, les agences devront payer une surcharge qu’elles ne manqueront pas de faire porter à leur client. On ne parle que de quelques euros… Reste à savoir combien ! Bien entendu, il sera possible pour le client final de contourner cette surcharge en réservant directement sur le site de la compagnie… Voilà une information qui devrait faire bondir la communauté des travel managers et des acheteurs voyages et, surtout, de pousser en avant les moyens de substitution aux déplacement dont les réunions virtuelles (Zoom, Skype, Team…).

Fin des « private channels » : Vers la fin de la libre concurrence

Pour la distribution (agences de voyages, groupements, TMC…), la fin des « private channels » est un très mauvais signal. De l’aveu même d’Emmanuelle Gailland, directrice de la distribution d’Air France-KLM « Air France-KLM choisit ses agences et s’entend avec elles sur le contenu NDC que nous allons leur fournir » (Cf l’article de nos confrères de l’Echo Touristique). Ce commentaire est lourd de sens car il annonce clairement la fin de l’accessibilité des agences de voyages au « full content » d’Air France. En clair, toutes les agences n’auront pas accès aux mêmes offres.

Pour le travel manager et l’acheteur qui n’est pas en contrat avec la compagnie (plus de 95% des utilisateurs), cela veut dire qu’il devra s’enquérir de la nature des accords Air France qui lient le transporteur aux différentes TMC. Quant à ceux qui sont en contrat, il faudra vérifier comment s’intègre leur offre dans le circuit de distribution.

Position dominante

Amadeus et Air France sont, dans leur domaine, en position si dominante sur le marché français qu’il n’y a aucune chance que cette décision unilatérale de ces deux acteurs majeurs soit remise en cause. Une fois de plus, nous sommes dans une relation déséquilibrée qui n’est pas en faveur des utilisateurs.

En tout cas, une chose est certaine, c’est un coup dur pour les agences mises à mal par la conjoncture, et pour les clients du business travel forcément engagés dans une politique de contrôle des coûts.

Surcharge, frais annexes multipliés, options fumeuses et gagne-petit risquent donc fort de devenir la réalité du voyage d’affaires avec, en plus, la proposition SD-E1 de la Convention Citoyenne (voir document sur ce lien)… Voilà de quoi favoriser les compagnies étrangères qui n’appliqueront pas cette politique mortifère privant vraisemblablement le travel management d’une nécessaire montée en maturité. Après tout, c’est peut-être cela l’objectif, non ?