Aéroport Nice Côte d’Azur : le Tribunal Administratif retoque le référé-suspension

L’aéroport niçois salue la décision du tribunal qui vient de rejeter le référé-suspension contre le permis de construire de son projet d’aménagement du terminal 2.

- Publicité -

Le Tribunal Administratif de Nice a reconnu la nécessité de l’aménagement du T2 de la plateforme azuréenne, et son intégration à une stratégie bas carbone. A l’issue de sa délibération, il a en effet rejeté le référé-suspension contre le permis de construire délivré le 13 janvier 2020, portant sur l’adaptation du terminal 2. Face aux nombreuses allégations faisant état d’un projet contraire à la préservation de l’environnement, l’aéroport a rappelé qu’il avait anticipé le fait qu’il ne serait plus possible de garantir à court terme le maintien de conditions d’accueil satisfaisantes, alors que se maintient la croissance continue de son trafic passagers.

Nice Côte d’Azur ne manque pas d’arguments en matière de durabilité. Il a été le premier aéroport de France à avoir atteint la neutralité carbone. Il est aussi le moins émissif par passager au niveau national et le premier à s’être engagé à ne plus émettre un seul gramme de CO2 d’ici 10 ans, sans recours à la compensation. Et le projet d’adaptation du terminal 2 s’est inscrit dès l’origine dans sa stratégie zéro carbone, précise l’aéroport.

Nice Côte d’Azur est le deuxième aéroport de France après Paris avec 14,5 millions de passagers en 2019. Le projet d’extension a reçu récemment un avis favorable du préfet des Alpes Maritimes.