Amadeus testera sa plateforme de gestion de l’identité numérique en 2020

Pour améliorer la sécurité lors des contrôles de voyageurs et fluidifier le passage de ces derniers aux différents points de contact que comporte un déplacement d’affaires ou de loisirs, de nombreux acteurs voient dans les solutions de gestion de l’identité numérique des voyageurs une opportunité. Après quelques expérimentations menées à l’aéroport de Ljubjana, Amadeus prévoit de multiplier les tests de sa plateforme Traveler ID en 2020.

- Publicité -

L’idée d’exploiter l’identité numérique des voyageurs pour optimiser notamment le temps de traitement des passagers à l’aéroport n’est pas nouvelle. Début 2018, le Canada annonçait collaborer avec le Forum économique mondial pour exploiter le système KTDI. Ce concept émergent dont les bases ont notamment été posées par l’initiative One ID de IATA peut potentiellement faire tomber les barrières qui composent la chaîne du voyage pour proposer une expérience fluide à l’utilisateur final. C’est l’une des ambitions d’Amadeus. À travers sa plateforme Traveler ID, l’éditeur technologique entend connecter les voyageurs à l’ensemble des acteurs de l’écosystème : compagnies aériennes, aéroports, loueurs de voitures ou encore hôtelier. Grâce à l’empreinte numérique du voyageur, qui prend la forme de données biométriques dans le projet d’Amadeus, les différents acteurs pourront optimiser les contrôles d’identité au travers de l’automatisation.

Certaines briques de la solution ont déjà été testées avec l’aéroport de Ljubjana (LJU) et des compagnies aériennes comme Adria Airways et Lot Airlines pour évaluer le gain de temps apporté par la solution et récolter l’avis des utilisateurs finaux. « L’embarquement des passagers s’est avéré quatre fois plus rapide par rapport à la méthode conventionnelle et nous avons pu constater une bonne acceptation du dispositif par les voyageurs qui l’ont essayé, avec un taux situé entre 95 et 100 % », rapporte Marion Mesnage, Head of Research and Innovation Amadeus à nos confrères de TOM.Travel.

Un meilleur suivi des collaborateurs

À noter que la mise en œuvre de cette plateforme, qui prendra un certain temps avant d’être déployée de manière significative, dépasse le cadre du passage à l’aéroport. Exploiter l’empreinte numérique comme moyen d’identification des voyageurs peut par exemple permettre de faire tomber les barrières existantes entre les programmes de fidélisation de voyage, mais aussi permettre à l’ensemble de la chaîne d’optimiser le degré de personnalisation de leur service. En sachant qu’un voyageur a récupéré son véhicule de location à l’aéroport, l’hôtelier peut préparer la chambre. Il s’agit là d’un exemple parmi toute une panoplie de cas d’usages à inventer.

« Dans le cadre d’un déplacement d’affaires, la solution permettra à l’entreprise ou à la TMC d’assurer un suivi permanent du voyageur et donc de mieux répondre au ‘duty of care’ », imagine la responsable de l’innovation chez Amadeus. Avant d’imaginer de tels scénarios, il convient qu’une masse critique d’aéroports mais aussi d’hôtels soit équipé en bornes biométriques et de résoudre les problématiques juridiques qu’un tel projet implique. Sur ce point, Marion Mesnage s’est montrée confiante, estimant que les gouvernements faciliteront ce genre d’initiatives compte tenu du contexte sécuritaire actuel. Amadeus prévoit d’effectuer davantage d’expérimentations avec ses partenaires en 2020.

Article rédigé par Hugo Pellegrin