La compagnie indienne de Vtc Ola fait ses débuts à Londres

Déjà présente sur le marché britannique depuis 2018, Ola vient de lancer ses activités à Londres avec plus de 25000 chauffeurs.

- Publicité -

L’entreprise, est arrivée en Grande-Bretagne en 2018 avec le lancement de services dans le sud du Pays de Galles et le Grand Manchester. A Londres, où elle démarre tout juste ses activités, Ola se trouve face à une forte concurrence :Uber, Bolt, Kapten, ViaVan, Hailo, Wheely et Xoox et quelques autres de moindre importance.

Ola a décidé de jouer la carte de la sécurité pour s’imposer, particulièrement face à Uber, son principal concurrent. Uber dont la licence d’exploitation n’a pas été renouvelée en novembre 2019, principalement pour des questions liées à la sécurité des passagers, n’a pas été jugé « apte » à poursuivre ses activités. La compagnie californienne avait aussitôt annoncé qu’elle ferait appel de cette décision, ajoutant qu’elle continuerait de fonctionner jusqu’à ce qu’une décision définitive soit rendue. 

Ola fait une arrivée en force en misant tout sur son système de sécurité baptisé Guardian, qui détecte automatiquement les activités irrégulières des véhicules, y compris les arrêts prolongés et les déviations imprévues de l’itinéraire. Ces écarts sont ensuite signalés en temps réel à une équipe d’intervention spécialisée qui contacte le conducteur et le chauffeur pour confirmer qu’ils sont tous deux en sécurité.

A cela, s’ajoute également la fonction de sécurité « Start Code », communément appelée « One time password ». Cette fonction envoie aux passagers un code unique à quatre chiffres après la réservation d’un trajet, qui doit ensuite être saisi correctement par le conducteur, avant de commencer le voyage, afin de s’assurer que le bon client est associé à la bonne voiture et au bon conducteur. La compagnie utilise aussi la technologie de reconnaissance faciale afin d’identifier les conducteurs.