La SNCF dévoile son programme vert

Planète Voyages sncf
Le navigateur François Gabart, entouré d'Alain Krakovitch (à g.) et Christophe Fanichet, devant un TGV siglé "Grande vitesse, bas carbone".

La SNCF met en avant son programme écolo, à même de participer à la réduction des gaz à effet de serre et de convenir au "souci RSE des entreprises".

Sur la photo ci-dessus, le TGV devant lequel posent Christophe Fanichet et Alain Krakovitch, accompagnés du navigateur François Gabart, est customisé d'un joli vert pomme accueillant ce slogan : "Grande vitesse, bas carbone"; et ajoutant : "Voyager avec nous, c'est 50 fois moins d'émissions de gaz à effet de serre qu'en voiture, et 80 % de moins qu'en avion". Le message est clair, concis, offensif.

Respectivement Pdg SNCF Voyageurs et DG Voyages SNCF, les deux cheminots en chef présentaient, ce mardi, à la presse, le 2ème étage de leur campagne de communication et programme d'actions éco-responsables.

Après PlanèTER, en septembre dernier, consacré au trains régionaux et en particulier aux premiers TER hybrides qui seront mis sur les rails dès cette année, avec pour objectif de supprimer les moteurs diesel de ce type de trains, c'était au tour des grandes lignes de faire valoir leurs vertus écologiques par le biais du programme Planète Voyages.

Avec, comme tête de pont communicationnelle, le "marin parrain" François Gabart, vainqueur, notamment, du Vendée Globe 2013 et de la Route du Rhum 2014, Planète Voyages est un mix d'actions mêlant pédagogie, formation et information, tant à l'adresse des agents SNCF - "pour parler green sans rougir" - qu'à l'attention des clients, et engagements concrets concernant, par exemple, le recyclage des anciennes rames (elles le sont, recyclées, à 92 %, et le seront bientôt à 97 %) ou un équipement en cabine d'un assistant à l' "éco-conduite" qui permettrait une consommation d'énergie de 10% inférieure.

TGV M

Le gros morceau de ce déploiement qui "n'est pas du green washing", a précisé Alain Krakovitch, c'est le futur TGV M qui, à sa mise en circulation en 2024, émettra 32 % de gaz à effet de serre par passager en moins par rapport aux Duplex. Ses performances énergétiques, il les doit à un poids moindre, un meilleur profilage et à des véhicules de traction plus courts permettant de transporter 740 voyageurs, soit 20 % de plus que les TGV actuels. Il opèrera aussi bien en Inouï qu'en Ouigo.

En marge de cette présentation - mais toujours, s'il s'agit de se substituer à l'avion, dans une cohérence éco-responsable - Christophe Fanichet a confirmé que le déploiement des trains de nuit était en cours : Paris-Nice devrait être inauguré à la mi-2021 ; Paris-Tarbes en fin d'année ; et, suite à l'accord signé avec les opérateurs ferroviaires suisse, autrichien et allemand, Paris-Vienne, à peu près au même moment.