Transavia : des ratés dans la communication ?

A la suite de notre article faisant état d’un changement dans la politique tarifaire des bagages à main transportés en cabine, Transavia France a contacté la rédaction de Déplacements Pros pour apporter des précisions, sans toutefois démentir formellement notre information.

- Publicité -

Tout est une question de tempo, en musique comme dans la communication. Si l’information, déjà publiée par l’ensemble de la presse néerlandaise, n’a fait l’objet d’aucun démenti, c’est qu’elle émane directement du siège de Transavia aux Pays-Bas.

Oui, la low-cost du groupe Air France-Klm va bien modifier sa politique tarifaire pour les bagages transportés en cabine à partir de la fin mars. Pourtant, ce vendredi, Transavia France nous fait parvenir un communiqué que nous reproduisons fidèlement :

 « Nous travaillons actuellement sur une amélioration de notre politique bagage qui vise à mieux répondre aux attentes des clients et à leur proposer de nouveaux services. Nous définissons actuellement cette nouvelle politique. Nous pouvons toutefois vous dire que le principe actuel à savoir gratuité assurée du bagage cabine pour les premiers passagers se présentant à l’embarquement et la mise en soute gratuite des bagages valise suivants restera inchangé. Nous reviendrons vers vous dès que cette nouvelle politique sera définie. »

Intéressant ! Si l’on a bien lu ce communiqué, on remarque que « le principe actuel à savoir gratuité assurée du bagage cabine pour les premiers passagers se présentant à l’embarquement…restera inchangé. »

Gratuit donc pour les premiers arrivés alors que Transavia aux Pays-Bas a bien précisé que « les compartiments à bagages d’un Boeing 737 sont pleins si la moitié des passagers apportent une valise trolley ou un sac à dos. »  C’est suffisamment clair pour comprendre que le supplément bagage en cabine concernera la plupart des passagers d’un vol. Sinon, qui décidera et comment ?

Plutôt que de revenir vers nous « dès que cette nouvelle politique sera définie », Transavia France ferait mieux d’accorder ses violons avec le siège de la compagnie aux Pays-Bas.