Forum Dimo Software : redonner de la force à l’innovation

"Un moment donné, nous nous sommes dits qu’il ne fallait pas nous endormir sur nos lauriers et qu’il fallait continuer à innover et à trouver des nouveaux outils pour nos clients. Nous avons décidé d’embaucher deux ingénieurs spécialisés dans l’innovation dont la mission est de bousculer nos acquis technologiques et de proposer de nouvelles solutions dans tous les domaines que nous couvrons". Voilà résumé en une phrase l’état d’esprit des deux dirigeants de Dimo Software qui accueillaient ce 20 mars à Lyon près 1800 personnes pour l’édition 2018 du forum.

Pour Guillaume Mulliez, le président du groupe, l'année 2017 restera en dents de scie, en raison de l'attente provoquée par les élections. "Le premier semestre a été morose mais les six derniers mois de l’année ont été intenses et nous ont permis de récupérer la croissance que nous souhaitions atteindre". Et les chiffres parlent d’eux-mêmes : 370 collaborateurs, un chiffre d’affaires de 37,9 millions d’euros, une marge nette de 3,8%, une croissance de 14,2 %, 6000 clients sur l’ensemble des activités couvertes par le groupe et 52 recrutements.

Si la situation reste enviable pour bien des fournisseurs, Dimo Software a toujours de grandes ambitions pour 2022. Le programme mis en place avec Jean-Paul Genoux, le directeur général, a de quoi faire tourner la tête : 60 millions de chiffres d’affaires visés, 6 millions d’euros de résultat net, 95 % de clients satisfaits et un turnover qui passerait de 13 % actuellement à 8 % à date de l’objectif. "Ne croyez pas qu’il s’agisse là d’une simple vision de l’esprit mais bel et bien de objectif que nous nous fixons et que nous avons construit avec l’ensemble des salariés de l’entreprise", insiste Jean-Paul Genoux qui souligne également les bons résultats obtenus en Espagne et au Canada.

L’entreprise lyonnaise a profité de la manifestation pour faire un point sur ses nouveautés dans l’univers du voyage d’affaires. Présenté sur le stand dédié, ou trônait une voiture au couleur de l’entreprise, Notilus your Way est la nouvelle solution de gestion de flotte automobile destinée aux flottes dès 50 véhicules. La solution offre une visibilité globale sur le parc et permet la centralisation de l’ensemble des données nécessaires à son pilotage.
Autre regard, le partenariat annoncé dès le mois d’octobre 2017 qui a permis d’intégrer base 10 à Notilus. Une solution qui facilite les échanges professionnels et offre un outil de location d’espaces et de travail collaboratif. Après l’intégration de Traveldoo dans Notilus, engagée en 2017, l’axe de développement pour l’année à venir s’appuie principalement sur la dématérialisation de la note de frais. Pour Jean-Paul Genoux, elle se résume aisément : "Photographiez, c’est tout".. Scannée avec un puissant outil de reconnaissance de caractères (OCR), la note est décryptée et directement enregistrée chez un tiers de confiance pour être traitée et archivée. Et le DG d’illustrer son exemple en mettant à la poubelle une note de frais qu’il venait de numériser.

Que faudra-t-il retenir de l’édition 2018 du Forum ? Une brillante conférence menée de main de maître par un expert de l’intelligence émotionnelle, Christophe Haag, qui a tenu en haleine les spectateurs en mélangeant anecdotes et constats scientifiques autour de ce que peu de chef d’entreprises considèrent encore comme essentiel dans la gestion de la relation humaine. En présentant les grandes lignes de ce qu’est le QE (quotient émotionnel), comparable au QI (quotient intellectuel), ce spécialiste a brillamment décrit les chemins de nos multiples émotions. "Le voyage d’affaires est par définition l’un des univers où la peur et les émotions sont de des composantes d’un stress que l’on cherche aujourd’hui à minimiser au maximum", précise Christophe Haag qui ajoute que plus que jamais "Le bon sens est devenu une armée essentielle face à la multiplication de l’information. L’émotion passe par le cerveau et le ventre, il faut apprendre à la gérer".

Gilles Bobichon, qui a en charge l’activité voyage d’affaires au sein de Dimo Software pressent que l’année 2018 devrait être un bon cru. Mais il ne cache pas, tout comme Guillaume Mulliez d’ailleurs, que c’est vers l’international - et pourquoi pas la croissance externe - que se feront les prochains développements. Des projets, loin d’être aboutis, mais qui se construisent déjà depuis quelques mois dans le plus grand secret. Pour Jean-Paul Genoux "Il ne suffit pas de trouver des sociétés à racheter, il faut aussi qu’elles soient compatibles avec nos valeurs et qu’elles puissent intégrer dans notre programme et notre stratégie de développement". Finalement, autant d’analyse business que de ressenti émotionnel. La boucle est bouclée.