Le voyage d’affaires n’intéresse-t-il pas les agences de voyage de proximité ?

Peut-on raisonnablement ne pas s'intéresser aux déplacements professionnels quand on est une agence de voyage de proximité, souvent acteur de l'économie locale ? A cette question, les Entreprises du Voyage, anciennement SNAV, répondent manifestement oui : pas une seule allusion au business travel n'est prévue au programme de la convention qui se tiendra à Lille du 22 au 24 novembre prochain.

Il faut se méfier de l'hirondelle car on sait depuis longtemps qu'elle ne fait pas le printemps. Si 2017 est une bonne année pour le tourisme en agence de voyages, les déplacements professionnels, billetterie et réservation hôtelière, représentent toujours 40% du CA des agences de proximité. Pour certaines, plus impliquées dans la relation avec les entreprises locales, ce chiffre peut atteindre 60 à 70% ! Selectour n'a jamais caché que le business travel était une activité majeure de son réseau, idem chez Manor.

Pourtant, les Entreprises du Voyage boudent le sujet. Pas un mot n'est prévu au programme de la Convention du Syndicat qui se tiendra fin novembre à Lille. Pourquoi cette impasse, alors qu'en 2015, l'AFTM annonçait avec fierté son partenariat avec le SNAV ? Et le Syndicat a même changé de nom pour y intégrer le voyage dans toutes ses composantes ! Une belle vision peu exploitée par les partenaires qui auraient pu bénéficier du savoir des acheteurs pour s'imposer sur ce segment !

On peut imaginer que la représentativité de la distribution de terrain impose une présence accrue sur des sujets plus "loisirs" que "business". Mais dans ce cas, peut-on raisonnablement s'intéresser à l'avenir en restant figé sur des situations plutôt passéistes ? Autre explication possible : les participants au congrès, souvent des responsables d'agence qui veulent céder leur activité, n'ont pas basculé vers la vision multifacette de l'activité "voyage"… Et dans ce cas, l'activité tourisme reste plus présente que le voyage d'affaires.

Mais cela est bien dommage car deux invités prestigieux seront présents à Lille : Guillaume Pepy, patron de SNCF, et Jean-Marc Janaillac à la tête du groupe Air France/KLM. Le premier prépare une réforme profonde de la tarification du train et le second devra défendre sa vision des frais GDS devant un public peu acquis à cette décision. Et au final, les deux rappelleront qu'en valeur, ce sont les déplacements professionnels qui font leur chiffre d'affaires.

Alors bien sûr, on se met à rêver en pensant qu'il n'est jamais trop tard pour bien faire et qu'un représentant du business travel sera peut-être sur scène, hors programme, pour commenter les 28 milliards de CA du déplacement professionnel... 6 fois plus que la croisière qui aura un atelier dédié dans le cadre de la convention lilloise !

Marcel Lévy