Ouverture à la concurrence : la SNCF prend ses marques

Notre bonne vieille SNCF, celle de tout un chacun voyageur d’affaires ou pas, tour à tour usager, client ou contribuable selon son humeur du moment, a envisagé de changer de nom pour y renoncer finalement. Ce n’est pas la première fois que ce genre de débat agite l’entreprise toujours publique qui deviendra société anonyme en 2020.

On se souvient de la substitution d’InOui à TGV. Et plus tôt, du remplacement de voyages-sncf.com par oui.sncf. Une manière de répondre au courroux des agences de voyages, relayé en 2014 par l’Autorité de la Concurrence, voyant d’un très mauvais œil le nom de SNCF systématiquement associé à la vente en ligne de billets de trains et même davantage puisque le portail de la filiale SNCF mène aussi le visiteur vers d’autres domaines du voyage.

En juillet 2013 (mais c’était avant la dernière Loi dite de « pacte ferroviaire » de 2018, l’entreprise protégeait chaque appellation TER associée au nom de la région. A toutes fins utiles ?

Aujourd’hui, on apprend que la SNCF (Guillaume Pepy dit : SNCF sans article, mais il est bien toujours le seul !) engage une réflexion pour changer le nom des TER. Lire le nom des TER dont elle garderait finalement la gestion après le choix de chaque région, autorité organisatrice. Faire et défaire, c’est toujours du chemin de fer comme se plaisent à dire les cheminot(e)s. Une simple réflexion seulement ? Vous voulez le nouveau nom des TER, marque déposée SNCF, la vraie ? Va, on vous le donne :

Publié au bulletin officiel de la propriété industrielle (BOPI) du 25 mai 2018.

Quel cachottier ce Pepy, toujours en train d’avoir l’air de réfléchir, d’envoyer ce qui semble être des ballons d’essai, mais en fait agissant toujours avec un coup d’avance ! Un coup au moins, si ce n’est plusieurs.

Amis lecteurs, ce n’est pas la première fois que votre média www.deplacementspros.com vous livre ce genre de petit secret qui n’en est pas un puisque soumis à publicité légale. Souvenez-vous de Ouigo

PAT