Pour le patron de Qatar Airways, une compagnie aérienne doit être dirigée par un homme

Fraîchement élu à la présidence de l'IATA, le patron de Qatar Airways Akbar Al Baker a fait grincer des dents les défenseurs de l'égalité Homme/Femme lors d'une conférence à Sydney. Il a affirmé qu'une compagnie aérienne devait "être dirigé par un homme parce que c'est un poste très exigeant".

La communication pour la communication est rarement efficace. La dernière conférence de presse d'Akbar Al Baker ce mardi, organisée à l'issue de la réunion annuelle de l'Association internationale du transport aérien (IATA), en est la preuve.

Les efforts du patron de Qatar Airways pour mettre en avant les mesures prises par sa compagnie pour promouvoir l'égalité entre les hommes et les femmes se sont effondrés en quelques mots. Lorsqu'une journaliste lui a fait remarquer que son groupe était dirigé par un homme, il a rétorqué "Bien sûr qu'il doit être dirigé par un homme parce que c'est un poste très exigeant.".

Il n'est pas certain que Carolyn McCall, patronne d'Easyjet entre 2010 et 2017 ou encore Anne-Marie Couderc PDG par intérim d'Air France-KLM ainsi que les deux membres féminins du conseil d'administration de l'IATA - Christine Ourmieres-Widener, DG de Flybe, et Maria Jose Hidalgo Gutierrez (Air Europe) - apprécieront les déclarations de leur collègue dont l'entreprise doit annoncer au demeurant des pertes importantes.

Akbar Al Baker a tenté par la suite d’atténuer ses propos qui ont provoqué la stupeur dans l'assemblée. Il a rappelé que sa compagnie avait été la première du Moyen-Orient à faire voler une femme pilote "Nous encourageons les femmes et nous voyons qu'elles ont un énorme potentiel dans (...) les postes élevés de direction", a-t-il assuré.