Aéroports de Paris : les redevances vont bien grimper en 2019

L’Autorité de Supervision Indépendante des redevances aéroportuaires (ASI) a validé la deuxième proposition tarifaire d'Aéroports de Paris. Les redevances vont ainsi grimper de 1% à Roissy et Orly. Cette augmentation – qui impactera les transporteurs et par effet domino les voyageurs d'affaires – n'est pas du goût du syndicat des compagnies aériennes autonomes (Scara).

L'ASI qui avait rejeté la première hausse des redevances aéroportuaires (+2,957%) présentée par Aéroports de Paris en janvier dernier, a homologué les tarifs de la seconde proposition, début février.

La nouvelle grille prévoit une augmentation de 1,0% pour les plates-formes de Paris-Charles de Gaulle et Paris-Orly ainsi qu'une hausse de 3,52% pour l'aérodrome du Bourget. La surcharge, applicable pour la période tarifaire 2019- 2020, entrera en vigueur au 1er avril prochain.

Le Scara n'apprécie pas la décision de l'ASI. Pour l'organisation, cette homologation des tarifs "sonne le glas de son indépendance". Le syndicat qui représente entre autres ASL Airlines France, Air Austral, Air Corsica ou encore Air Tahiti, met en doute les raisons entourant la validation des tarifs 2019-2020.

Il explique dans un communiqué "Comment en effet douter d’une remise au pas de l’ASI par son autorité de tutelle lorsque cette décision ne s’accompagne d’aucune autre explication que le taux de rémunération des capitaux investis qui correspondrait à un taux de couverture à 100% est d’un niveau que l’Autorité considère comme acceptable" et rappelle que toutes les compagnies aériennes réclamaient une baisse des redevances pour améliorer la compétitivité du pavillon français.

Le Scara conclut "On ne nous fera donc pas croire que cette dernière décision de l’ASI d’homologuer les tarifs ADP 2019 n’est autre qu’une décision purement politique qui résulte d’un compromis de marchands de tapis, intervenu entre l’ASI, la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC) et l’Agence des Participations de l’État (APE)".