Quel déconfinement pour les déplacements ?

En quoi la vie professionnelle en général et le déplacement professionnel en particulier seront-ils affectés par le déconfinement ?

Tel qu’annoncé par Edouard Philippe devant l’Assemblée nationale, mardi dernier, le déconfinement se déroulera en deux phases liminaires, du 11 mai au 2 juin, puis « jusqu’à l’été ». On sait aussi ce déconfinement sera différent selon les territoire, en vertu d’un classement « vert » ou « rouge » des départements et en raison de la grande latitude laissée aux autorités locales quand à la mise en oeuvre des mesures. On sait enfin que cette date du 11 mai est soumise à une circulation du virus sous contrôle.

Repas d’affaires. La date d’ouverture des bars, cafés et restaurants n’a pas été annoncée. C’est à l’issue d’un bilan qui sera fait fin mai qu’une décision sera prise.

Organisation du travail. Le télétravail doit être maintenu quand c’est possible. Les horaires d’embauche et de fin de journée devront être échelonnés. Il ne s’agit pas ici d’une obligation mais d’une incitation en direction des entreprises.

Chômage partiel. « Le dispositif d’activité partielle, qui est un des plus généreux d’Europe, restera en place jusqu’au 1er juin. Il nous faudra ensuite l’adapter progressivement, afin d’accompagner la reprise d’activité si l’épidémie est maîtrisée. », a déclaré le Premier ministre.

Transports. Le port du masque sera rendu obligatoire dans tous les transports en commun urbains, les VTC (ne disposant pas de protection en plexiglas entre l’avant et l’arrière du véhicule) et les trains. Le respect de distanciation sociale devra être respecté, que ce soit par la sanctuarisation d’un siège sur deux ou par un marquage au sol. Pour la SNCF ou la RATP, on estime que ces mesures feront baisser leur flux de 80 %. C’est une des raisons pour lesquelles le télétravail est encouragé. A noter que le transport aérien est le grand absent de cette 1ère phase de déconfinement.

Déplacement. Il sera désormais possible de se déplacer sans dérogation dans la limite de 100 km. Au-delà, seuls des « motifs familiaux ou professionnels impérieux » pourront justifier le déplacement. Même si ça n’a pas été précisé, concernant les déplacements professionnels, une attestation de l’employeur sera vraisemblablement nécessaire.

Pour plus de précision, lire l’article de l’Echo Touristique.