Arnaud Katz (Kactus) : « Désormais, de nombreuses TMC sont nos concurrentes »

1199
Arnaud Katz (Kactus) :
Arnaud Katz, CEO de Kactus.

Kactus ajoute une fonctionnalité "team building" à son offre. Son CEO Arnaud Katz nous en parle, et, plus largement, du MICE, "premier vecteur de croissance du business travel"...

Kactus propose désormais une offre “team building”...

Arnaud Katz : Jusqu’alors, on proposait bien des activités de team building mais de manière assez artisanale. Il fallait faire appel à notre conciergerie pour ajouter une activité à l’événement organisé via le canal Kactus. Désormais, le process est entièrement automatisé, au même titre que les latérales “lieux”, “restauration”, ou “hébergement”. On a donc référencé des milliers d’activités et l'utilisateur peut les choisir, les filtrer de manière autonome et les ajouter à l’event. C’est en test depuis deux semaines et c’est maintenant disponible sur notre plateforme.

A la limite, on se demande pourquoi vous ne l’avez pas fait avant…

Ce qu’il y a de complexe dans le MICE, c’est que chaque partie d’un event est un métier différent, ce ne sont pas des produits sur une étagère comme des billets d’avion ou de train. A chaque fois, selon qu’il s’agisse d’un séminaire, de restauration, ou donc de team building, les informations nécessaires sont différentes. Il faut parfaitement comprendre tout ça et c’est notre expérience “artisanale” qui nous a permis d’acquérir l’expertise pour pouvoir développer, automatiser et créer le workflow.

Ce type de demandes est en hausse ?

Oui. Le constat est désormais bien connu : le télétravail étant devenu la norme, les équipes étant plus dispersées, le séminaire est devenu un outil stratégique pour créer du lien, donner du sens, transmettre une culture d’entreprise. Et l’activité teambuilding permet ça aussi. J'ajoute qu’un team building n’accompagne pas forcément un séminaire et dans ce cas, c’est bien moins cher. En fait, concernant le team building, il y a trois use cases… Le plus simple : un afterwork avec un bowling, une visite de musée, une fresque du climat… Ou encore : une demi-journée de travail, une après-midi team building, un dîner. Et enfin les events résidentiels, qui comprennent du team building les trois quarts du temps, sous la forme : séminaire résidentiel de 2 ou 3 jours + 1 grosse soirée festive + 1 ou 2 activités.

Plus globalement, c’est le MICE qui se porte bien. Beaucoup considèrent qu’il s’installe dans l’agenda des entreprises…

C’est exactement ça et c’est passionnant à vivre : l’événement d’entreprise est en train d’être sanctuarisé, institutionnalisé au même titre que la soirée de noël qu’on organisait dans certaines sociétés. C’est le premier vecteur de croissance du business travel en ce moment. D’ailleurs, les TMC ne s’y trompent pas : elles créent ou développent leur département MICE. Avec cette idée simple : quand les billets de train ou d’avion ont été vendus pour l’event, pourquoi ne pas s’intéresser à l’event lui-même ? Ces TMC sont désormais nos concurrentes.

Parmi ces TMC, certaines sont des mastodontes (on peut citer Amex GBT, par exemple). Même pas peur ?

Dans une grosse agence traditionnelle, en France, un agent produit par an pour 1,5 M€ d’event. Chez Kactus, c’est plus d’1 M€ par mois. Notre automatisation nous permet donc cette performance environ huit fois supérieure. Ce n’est pas le même modèle…

Pourquoi ne pas équiper ces TMC, sous la forme d’une licence, par exemple ?

C’est une très bonne question. Le sujet est sur la table. Je ne peux pas en dire plus pour le moment.