Business TravelTech : Comment la France est devenue championne du monde

502

Dans le petit monde du marché du voyage d’affaires, la FrenchTech a la cote ! De la naissance de KDS, à la création de CDS et à la multiplication des entreprises innovantes, la France rayonne au niveau mondial et arrive à éclipser ses concurrents américains ou européens. Nous avons tenté de comprendre pourquoi…

En 2016, Amex GBT annonçait le rachat du Français KDS, l’un des premiers SBT du marché créé en 1994. Quelques années plus tard, en 2021, GBT mettait également la main sur Egencia, une plateforme de gestion des voyages d’affaires 100% digitalisée, elle aussi française et créée dans les années 90. Comme le rapportait dans nos colonnes Laurent Demaret, VP Global Sales & Marketing de Neo Technology Group (ex-KDS), avec ces deux entités, le géant américain est « en train de faire de la France une référence en termes de R&D dans le voyage d’affaires, avec l’ambition de définir et même redéfinir cette industrie ». Au total, plus de 500 personnes spécialisées dans le développement de logiciels dédiés au business travel seront bientôt réunies sur un seul site, qu’il qualifie du « plus grand laboratoire du monde dans ce domaine ».

> A lire aussi : “Avec Neo et Egencia, on crée le plus grand labo ‘business travel’ du monde”

La France fut l’un des premiers laboratoire tech dans l’industrie du BT et continue de l’être. Pour Ziad Minkara, président et co-fondateur de CDS Groupe, cela s’explique pour plusieurs raisons. « La chance que l’on a en France est que le marché du voyage d’affaires est particulièrement important », explique-t-il. Il ajoute : « Cela a donné naissance à de nombreux acteurs dans le secteur qui ont su adapter leur produit à un marché où il y avait de véritables besoins ». Fondée à une époque où Internet n’était encore qu’un vaste concept pour le commun des mortels, Yves Weisselberger, ex-Président et fondateur de KDS, avait mis le doigt sur un « besoin plus grand » pour les entreprises qui n’était autre que la réservation en ligne. « A l’époque, on ne parlait pas encore de SBT mais l’idée de créer une interface multi-GDS était un composant essentiel pour développer ce qu’allait devenir KDS », nous confie-t-il.

Le marché français parmi l’un des plus complexes et exigeants

Outre-Atlantique, la concurrence se développe mais peine à se faire une place sur le marché européen : « En France, le marché du voyage d’affaires est important et nous sommes surtout très bons dans le BtoB, bien plus que dans le BtoC car notre puissance est moins marketing, contrairement aux US », explique celui qui est désormais à la tête de LeCab. En revanche, aux Etats-Unis, la capacité financière et leur « sens des affaires » poussent les entreprises à prendre rapidement une dimension internationale. Selon Brice Huet, COO de la neo-TMC Swile Travel et co-fondateur d’Okarito : « KDS et Egencia sont le parfait exemple de conciliation entre l’intelligence française et la capacité financière des grands groupes américains » Pour Ziad Minkara, les acteurs français créent des tendances et sont particulièrement engagés : « Bien plus que les Allemands, les Chinois ou les Américains qui sont plus dans une logique d’acquisition ». Selon lui, les spécificités du marché hexagonal et ses exigences font que : « Une fois que l’on sait y répondre, il est bien plus évident de s’adresser à d’autres marchés. » Une analyse que partage le fondateur de KDS : « En France, l’écosystème du BT est important, propice à l’innovation et d’une complexité que les Américains ont du mal à appréhender, notamment pour le rail qui représente aujourd’hui un véritable défi pour le secteur ». Une vérité spécifique au marché du voyage d’affaires qui incite les entreprises à innover et à se développer à l’international.

Un écosystème Tech favorable à la création d’entreprises innovantes

Aujourd’hui, de nombreuses jeunes pousses souhaitent étendre leurs activités en dehors des frontières, dont Virtuo (loueur de voitures), Spendesk (société spécialisée dans la gestion des dépenses en entreprise) ou bien encore Swile Travel (ex-Okarito). Bien qu’elle se concentre à court et moyen terme sur la France, Okarito a conscience que son rachat par Swile lui donne une force de frappe considérable. En 2018, année de sa création, Brice Huet se lançait dans l’entreprenariat et le BT. « Le marché était en pleine expansion et les dispositifs mis en place pour entreprendre, notamment dans la tech, étaient de véritables atouts ». Programmes BPI, Station F, pôles tech…Pour lui, la France a su créer un environnement propice à l’émergence d’entreprises innovantes et favorise la création d’un écosystème technologique. Yves Weisselberger, ingénieur de formation, ajoute que l’Hexagone dispose de très bonnes écoles qui ne font que monter en puissance et brillent à l’international : « La France est un pays fort en technologies et les établissements de formation supérieure permettent de créer de très bons profils tech ». Une nation innovante qui, pour Ziad Minkara, rayonne dans le BT bien que les moyens soient, selon lui, encore bien inférieurs à ceux du Loisirs. Le fondateur de CDS se bat désormais pour que sa société reste française : « C’est peut-être aujourd’hui ce qui nous manque dans l’Hexagone, l’envie de rester français tout en se donnant les moyens de monter en puissance ».

> Des startups du voyage d’affaires dans la promotion 2023 de la French Tech

Des investisseurs étrangers toujours plus nombreux

Une chose est certaine, la France n’a rien à envier aux autres pays en termes de connaissances et de culture de la tech. Malgré la crise du Covid-19, un marché à l’arrêt durant plusieurs mois et une reprise progressive, les investisseurs internationaux n’ont jamais été aussi nombreux. Rien qu’en 2022, Spendesk finalisait une levée de fonds de plus de 100 millions de dollars et dépassait la barre symbolique de la valorisation à 1 milliard de dollars, quand Fluctuo (agrégateur de données de la mobilité partagée) levait 1,6 millions d’euros quelques semaines plus tôt et Expensya (logiciel de gestion des notes de frais) 20 millions. Aux Etats-Unis, les plus belles valorisations sont elles aussi souvent françaises, comme le rapportait Laurence Ruiz, co-fondatrice et associée du cabinet d’expertise comptable Orbiss, à nos confrères de TOM.travel. Un pouvoir de séduction qui opère Outre-Atlantique et à travers le monde.