Privatisation des aéroports : la Cour des Comptes recadre l’Etat

La Cour des comptes a publié un rapport sur la privatisation des aéroports de Toulouse, Nice et Lyon le 13 novembre 2018. Pour elle, le processus d'ouverture du capital de la plate-forme de la ville rose a montré de "graves insuffisances". L'organisme donne plusieurs recommandations à l'Etat pour améliorer le dispositif.

Les privatisations des aéroports de Toulouse (en 2015), Nice et Lyon (en 2016) ont reçu de vives critiques aussi bien de la part des élus, des associations que des acteurs de l'aérien.

Et, la Cour des comptes n'est pas tendre, non plus, avec le processus d'ouverture du capital mis en place pour la plate-forme de la ville rose. "Le processus de privatisation de l’aéroport de Toulouse a révélé de graves insuffisances et demeure inabouti", indique le rapport.

En revanche, la juridiction financière reconnaît qu'il "a été amélioré pour Lyon et Nice".

Elle estime "De manière générale, les procédures de cession prennent insuffisamment en compte la dimension industrielle, environnementale et sociale des projets. L’État doit définir précisément les intérêts qu’il entend préserver, se doter d’une stratégie globale et conserver un haut niveau d’information sur les décisions affectant la qualité du service public aéronautique" .

La Cour des comptes émet ainsi plusieurs recommandations pour éviter les erreurs passées comme fiabiliser les procédures, mettre en place une meilleure "maîtrise des investissements étrangers" ou encore maintenir "une capacité d’agir de l’État postérieurement à la privatisation".

Le rapport complet est disponible via ce lien