Le jet lag n’est pas si mauvais que ça pour les voyageurs d’affaires

S'il y a bien un élément désagréable dans les déplacements professionnels à l'étranger... c'est le décalage horaire. Toutefois, si être "jet lagué" est épuisant, il semblerait que cela ne soit pas si mauvais que ça pour la santé des voyageurs d'affaires. Une étude, menée par le département de neurosciences de l'université américaine de Northwestern, révèle que le décalage horaire protège les neurones des maladies neurodégénératives.

Problème d'obésité, stress, anxiété, dépression... à en croire les études scientifiques parues ces dernières années les déplacements professionnels sont une vraie catastrophe pour la santé des voyageurs d'affaires.

Toutefois, bonne nouvelle ! La dernière recherche du département des neurosciences de l'université américaine de Northwestern, publiée dans la revue scientifique Cell Reports, est parvenue à des conclusions plus rassurantes et encourageantes pour les acteurs du Business Travel. Elle assure qu'un léger stress cérébral couplé avec une perturbation de l'horloge interne ou cycle circadien (jour/nuit) – comme cela arrive avec le décalage horaire – protège les neurones des maladies neurodégénératives comme Huntington, Parkinson ou encore Alzheimer.

Les chercheurs sont parvenus à cette conclusion après avoir étudié des mouches à fruits dont le rythme circadien est assez similaire à celui des humains. Après avoir perturbé le cycle de sommeil de ces insectes également porteurs du gène de la maladie de Huntington, ils ont découvert que le jet lag agissait comme un boost protecteur contre cette affection qui endommage le cerveau. Les scientifiques ont aussi établi que le décalage horaire ralentissait la dégénérescence des neurones.

Ravi Allada, un médecin qui dirige le département de neurobiologie de l'université Weinberg College of Arts and Sciences and Pathology explique au Washington Post "Cela semble contre-intuitif, mais nous avons démontré qu'un peu de stress, c'est bien. Nous avons subtilement manipulé l'horloge circadienne, et ce stress semble neuroprotecteur".

En plus de rassurer les voyageurs d'affaires sur les effets du décalage horaire sur leur santé, ces découvertes pourront, selon les scientifiques de l'étude, aider à l'élaboration de nouvelles stratégies pour prévenir ou ralentir la progression des maladies neurodégénératives.