Gestion de flotte (4/4) : Des données pour mieux gérer

Selon Deloitte, 63% des nouvelles immatriculations en Europe seront effectuées pour des véhicules d’entreprises d’ici à 2021. Le marché de la gestion de flotte professionnelle ne cesse de croître et le segment corporate devrait représenter 56% des véhicules neufs vendus en 2020. Pour les gestionnaire de flotte le défi sera le suivant : optimiser la gestion du parc automobile.

- Publicité -

Une optimisation possible grâce à des systèmes télématiques qui permettent une récolte et analyse des données. Des data essentielles pour faciliter l’accès à l’historique des véhicules, anticiper les entretiens mécaniques, connaître la consommation exacte de carburant ou bien encore l’accidentologie de chaque véhicule. En parallèle, à l’heure ou la conscience écologique est de plus en plus forte au sein des entreprises, la data peut aider à mettre en place une politique automobile plus respectueuse de l’environnement en favorisant le passage aux véhicules électriques.

Pour les personnes en charge de cette gestion, les bénéfices sont multiples : gain de temps, d’efficacité, prise de décision au besoin ou bien encore favoriser l’accompagnement des collaborateurs tout en préservant leur mobilité. Mais l’objectif premier reste la réduction des coûts. L’analyse de données permet en effet de connaître le coût exact de chaque véhicule, tout en apportant des informations importantes en matière de sûreté. Cette réduction des coûts résulte d’une meilleure maîtrise des dépenses des collaborateurs en déplacement mais également par des analyses prédictives en matières de maintenance ou de prévention auprès des professionnels se déplaçant régulièrement. Un bénéfice sur le long terme qui va également permettre à l’entreprise d’améliorer sa politique voyage tout en apprenant à mieux connaître les comportements de ses collaborateurs.

Concernant la protection de ces mêmes données, le RGPD entrée en vigueur en 2018 permet désormais une meilleure maîtrise et uniformité des réglementations concernant la gestion et l’utilisation des données au sein des entreprises européennes. En France, la législation est renforcée : nulle personne ne peut être suivie si il ne s’agit pas d’un suivi d’activité professionnelle.

Retrouvez le dossier dans son intégralité :