USA, le nouvel Eldorado de OYO Hotels

La barre des 100 hôtels OYO sur le sol américain a été franchi en 2 mois. Retour sur l’ascension fulgurante du groupe indien.

- Publicité -

Depuis l’annonce, par son PDG Ritesh Agarwal, de l’arrivée d’OYO Hotels & Homes sur le marché américain en juin dernier, le groupe y a ouvert 112 hôtels dans plus de 21 États et 60 villes, dont Dallas, Houston, Los Angeles, Seattle, Atlanta et Miami. Comme point d’orgue de cette conquête des Etats-Unis, le passage imminent du Hooters Hotel sous pavillon OYO Hotel & Casino, 657 chambres à deux pas du Strip de Las Vegas. OYO Hotels & Homes a engagé 300 M$ comme investissement initial aux États-Unis, alimentant ainsi sa croissance fulgurante à travers le pays.

A vrai dire, elle est à l’image du développement du groupe depuis sa création. C’est en 2013 que Ritesh Agarwal, alors âgé de 18 ans, invente Oyo Rooms, avec une idée simple : fédérer des hôtels de son Inde natale, unifiés par un certain nombre de standards et une distribution via un réseau Internet dédié et clairement identifié. Simple, l’idée s’avère aussi lumineuse : un premier hôtel labellisé en janvier 2013, 13 en juillet 2014 et 2 000 un an plus tard avec 1,5 million de nuitées réservées depuis le début de l’aventure.

Evidemment, ce développement hors norme n’échappe pas aux investisseurs et OYO lève rapidement 125 M$. La machine est lancée, le moteur est bien huilé : les hôtels indépendants qui s’engagent doivent afficher la couleur OYO, respecter un cahier des charges standardisant les prestations et reverser un commissionnement sur les ventes. Les tarifs sont très compétitifs et la technologie de réservation en ligne, sophistiquée. Aujourd’hui, soit 6 ans après sa création, OYO est le 3e groupe hôtelier mondial, présent dans 800 villes réparties sur 80 pays.