Travailleurs nomades (3/4) : « WOJO répond à de véritables besoins sociétaux »

Spécialisée dans les espaces de coworking, la jeune pousse WOJO, anciennement Nextdoor, s’est associée avec le géant Accor en 2019. Présente aujourd’hui à travers ses propres espaces de coworking et des espaces au sein même des établissements hôteliers, la société répond aujourd’hui à un réel besoin des travailleurs, notamment des nomades à la recherche d’espace de travail. Rencontre avec Lenaic Bezin, Head of third places development chez WOJO.

- Publicité -

DeplacementsPros.com : Comment définiriez-vous la marque WOJO ?

Lenaic Bezin : WOJO est une startup qui a été créée il y a 5 ans et qui est née d’un projet entrepreneurial lancé par Bouygues. Le concept est de mettre à disposition de grands espaces de coworking mesurant entre 3 000 et 4 000m2. Nous voulions répondre à la problématique suivante : comment offrir plus de flexibilité dans notre façon de travailler ? Nous avons par la suite développé deux offres : WOJO Corner et WOJO Spot. 

Quelle est la clientèle type de vos espaces de coworking ?

Il faut tout d’abord casser le mythe que les espaces de coworking n’accueillent que des startuppers ou entrepreneurs. En réalité, ce public ne représente que 1/3 de notre clientèle, contre 1/3 de PME et 1/3 de grands comptes. Nous répondons à 3 besoins fondamentaux: le télétravail près de chez soi sans rester à son domicile, la création d’un point relais entre deux rendez-vous et un accompagnement du travailleur nomade.

Chez WOJO, nous valorisons le mélange des profils afin de créer une dynamique positive dans les espaces de travail. Pour nous c’est important de conserver cela. Concernant ce que nous appelons le « nomadisme », il y a des abonnements flexibles qui s’adressent plus à la cible des 18-34 ans ou du jeune diplômé qui souhaite trouver une solution pour quelques journées seulement.

Avez-vous remarqué une évolution de votre clientèle depuis votre création ? 

Ce marché a démarré il y a une dizaine d’année et nous avons observé un taux de croissance très important depuis 4 ans. En réalité, le coworking ne représente pour le moment que 1 à 3% du marché du bureau d’entreprise de façon globale. Une tendance qui est en réalité une véritable révolution dans notre façon de travailler. Nous répondons à des besoins sociétaux, d’outils digitaux et de flexibilité tant pour les collaborateurs que les entreprises car ces dernières n’ont pas toujours la visibilité pour louer des bureaux sur le long terme. Il y a également un vrai mouvement concernant le freelancing qui représentera 10 à 15% des travailleurs d’ici quelques années au Royaume-Uni.

Nous sommes face à deux nouvelles générations, Y et Z, qui n’ont pas du tout le même attachement à l’entreprise, à la consommation et à la projection dans leur vie professionnelle. 93% d’entre eux ont notamment déclaré ne pas vouloir travailler dans un bureau classique et une majorité considère que le bureau est un critère important lors du choix de leur employeur. Le lieu de travail est devenu un véritable critère de recrutement.

Pourquoi avoir choisi de nouer un partenariat avec le groupe Accor ? 

Avec Accor nous avons voulu développer le concept de « workhospitality », le rapprochement s’est fait très naturellement et les hôtels que nous référençons ont toutes les qualités requises pour y implanter nos espaces. Nous faisons très attention aux espaces additionnels, aux services proposés sur place, à la localisation … L’intérêt pour Accor est de se rapprocher d’une nouvelle cible de clientèle à savoir les millenials, qui représenteront demain leur véritable levier de croissance. 

Quelles sont les attentes spécifiques d’un travailleur nomade lorsqu’il se rend dans vos espaces ? 

Lorsque le travailleur nomade se rend dans un lieu de travail, il recherche une expérience. Il a besoin de se sociabiliser car il est seul toute la journée, souhaite créer et garder du contact. Nous leur proposons un environnement de travail qui maximise la productivité avec des assises de qualité, une politique de protection des données… Tout est fait pour créer de bonnes conditions de travail. Nous observons par ailleurs que certaines entreprises commencent à mettre le critère « espace de travail dans l’hôtel » dans le cahier des charges de leur politique voyages. Un avantage que nous avons aujourd’hui avec Accor mais qui demain deviendra une norme.

Retrouvez l’intégralité du dossier ci-dessous :