Travailleurs nomades (2/4) : « Toute entreprise devrait pouvoir prendre soin de ses collaborateurs mobiles »

Consultante au sein de l’équipe de Festive Road, Aurélie Krau se définit elle-même comme étant une travailleuse « nomade mixant voyages et travail ». Entre contraintes techniques, connectivité, jet-lag et challenges, elle se confie auprès de DeplacementsPros.com sur son quotidien et sur sa vision de l’entreprise actuelle.

- Publicité -

DeplacementsPros.com : Comment organisez-vous votre agenda tout au long de l’année ?

Aurélie Krau : Avec Festive Road il y a deux aspects à prendre en compte concernant mon agenda et rythme de travail : mes missions professionnelles et mon aspiration personnelle qui consiste à fuir l’hiver chaque année. En soit, je n’ai pas plus de déplacements professionnels qu’un commercial qui voyage très régulièrement mais ma particularité est que dans tous les cas je n’ai pas de bureau fixe. Chez Festive Road, nous travaillons à distance car nous sommes présents sur de nombreux marchés et que nous ne saurions pas où installer le siège social. Ensuite il y a une raison de coût puisque les loyers économisés sont des revenus que nous pouvons réinvestir ailleurs.

En tant que « SBF », quelles sont les problématiques que vous rencontrez au quotidien ?

Il faut avant tout savoir s’imposer de la discipline. Lorsqu’on exerce ce métier et que nous n’avons pas de bureau les tentations peuvent être grandes. J’ai une flexibilité que je n’aurais jamais pu avoir avec une vraie vie de bureau classique et en même temps il faut savoir gérer son temps. Prendre du temps pour soi, arrêter de regarder ses emails tard le soir … Savoir se déconnecter. La solitude peut également être pesante et il faut trouver un équilibre qui n’est pas toujours évident pour tout le monde. Enfin, pour les déplacements, la gestion de la fatigue et le décalage horaire peuvent être difficiles à supporter, notamment pour les court-séjours où l’on a très peu de temps pour s’adapter. Il faut que les entreprises prévoient du temps de repos pour que les collaborateurs puissent ‘souffler’ et se reposer.

Quels sont les outils que Festive Road met à disposition de tous ses collaborateurs mobiles?

Nous utilisons principalement Slack en tant que service de messagerie et dans l’objectif de réduire les mails internes. Whatsapp est également très utilisé mais sur Slack nous avons la possibilité de paramétrer nos notifications. Ensuite, nous utilisons Zoom.us, un service de conf-call plus corporate que Skype et Dropbox pour notre base de données commune. Un outil 100% cloud où l’on partage nos dossiers et qui nous permet de fragmenter les documents.

Lors d’un déplacement, quels sont vos critères de choix pour la sélection de votre hébergement ou votre futur lieu de travail ?

Parfois le client réserve pour moi donc je n’ai pas vraiment le choix. En revanche, lorsque c’est moi qui choisi, cela dépend du contexte mais en général j’opte pour un appartement afin de me sentir comme chez moi et de pouvoir cuisiner. Durant une longue période loin de chez soi c’est important de retrouver des habitudes qui nous sont propres et s’approprier les lieux. Pour les déplacements plus courts, en général ce sont des hôtels facilement accessibles et à proximité de l’événement. Je suis également très attentive à la connexion Wifi. En revanche, pour du Bleisure je suis plus dans une optique de ‘me faire plaisir’ avec un concept que j’apprécie, une ambiance …. Les programmes de fidélité ne sont pas un critère de choix en revanche, sauf pour l’aérien. Pour les compagnies aériennes là c’est important.

Pour vous, quelles sont les 3 règles à respecter pour être épanouie dans ce mode de travail/vie ? 

A mon sens il y a 3 éléments à respecter pour être épanouie dans ce mode de vie :

  • L’organisation et la transparence vis-à-vis de ton environnement de travail et de ton employeur ; 
  • Trouver son propre équilibre et être stricte sur son temps de travail ; 
  • Voyager est une chance, une opportunité de voir le monde et de s’enrichir, il faut en profiter !

Du côté des entreprises il faut arriver à faire confiance à ses salariés et faire en sorte qu’ils se sentent bien. Le secteur a encore beaucoup de mal à bouger et d’un autre côté nous avons des collaborateurs qui n’ont plus du tout les mêmes attentes en matière de vie professionnelle. Cela fait partie de la marque employeur et est une façon de retenir les talents. Les RH doivent également prendre en compte les besoins et rythmes de chacun pour proposer des jours de repos si besoin. Enfin, il faut que les entreprises mettent à disposition les bons outils car ils sont primordiaux pour pouvoir être le plus efficace possible.

Sur quoi les entreprises peuvent-elles agir pour limiter la fatigue liée aux déplacements et éviter les burn-outs de certains collaborateurs ?

J’encourage les travel managers à utiliser la data mise à leur disposition, nous ne les utilisons pas assez. Grâce à elle, les entreprises pourront mieux réguler les déplacements, limiter la fatigue des collaborateurs et éviter les burn-outs. Toute entreprise devrait pouvoir prendre soin de ses collaborateurs mobiles et les accompagner au quotidien. Et si les TMC mettaient des dashboard pour monitorer tout cela ? Poser la question : es-tu certain de vouloir faire ce déplacement ? Est-il indispensable ? …. Il faut que toutes ces données soient partagées et ce, dans tous les services, que cela soit aux Ressources Humaines, Finance ou Commerce. Proposer de bonnes conditions de voyage est essentiel. Investir pour son collaborateur est également une signe officiel de reconnaissance de son travail et de sa valeur. En outre, il faut que les prestations suivent si la personne rapporte du chiffre d’affaires à l’entreprise et que le marché évolue. Aujourd’hui trop d’outils sont figés et n’évoluent pas aussi vite que nos besoins.

Retrouvez l’intégralité du dossier ci-dessous :