Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Dimanche 12 Janvier 2014

La SNCF n'a pas atteint ses objectifs de régularité en 2013



La SNCF n’est pas parvenue à tenir ses objectifs de régularité en 2013. Si les TGV, les intercités et les trains régionaux ont enregistré des retards, les mauvais élèves sont surtout les Transiliens de la région parisienne.



Pour mesurer ses performances, la SNCF‎ utilise un «indicateur composite» proportionnel au temps de trajet. Ainsi, un TGV fait chuter les statistiques de la compagnie ferroviaire s’il a un retard supérieur à 5 minutes pour un trajet d’une heure, 10 minutes pour un trajet de 2 heures, et 15 minutes pour ceux de plus de 3 heures. Selon le document interne obtenu par Les Echos, les TGV ont enregistré une régularité de 90,3% en 2013 alors que l’objectif annuel était de 90,5 %. En 2012, ils avaient atteint le taux de 90,8%. De plus, 42 TGV ont connu des retards supérieurs à 2 heures en décembre. Mais la SNCF précise dans son rapport qu’il s’agit du «meilleur score depuis avril 2103». Les intercités ont affiché un score de ponctualité de 89,5 % (les retards sont comptabilisés à partir de 10 min de délai). Ici l’objectif (89 %) a été dépassé. Les TER présentent une régularité annuelle de 91,4 % (retard supérieur à 5 min). Ainsi, l’objectif fixé (91,8 %) n’a pas été atteint. En outre, les performances ont été particulièrement mauvaises en décembre (89,9 % de régularité), notamment en Provence-Alpes-Côte d’Azur, en Limousin et en Rhônes-Alpes. Selon la SNCF, ses 3 types de trains ont surtout vu leurs résultats annuels plombés à l’automne à cause des conditions météo difficiles (coups de vent, chute d’arbre...) et en juillet à cause des fortes chaleurs.

Le mauvais élève : la région parisienne
Les voyageurs d’affaires ne sont pas à la noce en région parisienne. Le taux de régularité des Transiliens en 2013 a été de 88,8 %, alors que l’objectif était de 90,1 %. Les Echos rappellent que le mode de calcul a été durci sur la région depuis 2 ans. Il prend en compte les retards de plus de 5 minutes à chaque arrêt du train ainsi que le nombre de voyageurs impactés. Les résultats des Transiliens ont été affecté par les performances des mois d’octobre et novembre. La SNCF explique dans le document qu’elle a dû ralentir ses rames en raison de la présence de feuilles mortes sur les voies.