Une prime de 600 euros pour les CRS qui verbalisent le plus

La politique de quotas de PV est toujours d'actualité sur les routes françaises. Les CRS et les motards qui ont le plus verbalisé les automobilistes, reçoivent une prime annuelle de 600 euros selon Auto Plus.

Les forces de l'ordre savent motiver leurs équipes. Une prime de 600 euros par agent est promise aux unités ayant le plus verbalisé sur les routes. Neuf compagnies autoroutières CRS et les 22 unités de motards chargés d'assurer la police de la route sont dans la course. Elles se voient attribuées des points en fonction du nombre de PV émis en 12 mois. Auto Plus indique «Le cumul des points sert à déterminer les deux unités et les deux compagnies les plus efficaces en vue de leur accorder une prime annuelle». Le magazine dénonce cette situation et assure que cette prime annuelle de 600 euros par agent est malsaine «D'abord, parce qu'elle prouve que la politique du chiffre perdure. Ensuite, parce qu'elle pousse les policiers à subir des pressions de leur hiérarchie (et de leurs collègues ?), ce qui remet en cause leur capacité de discernement, l'élément fondamental pour l'acceptabilité de la sanction», poursuit Auto Plus. Il ajoute «cela montre que les automobilistes ne sont pas traités de la même manière partout en France». Selon son enquête, le risque d'être verbalisé peut aller du simple au double dans l'Hexagone.

Le document obtenu montre que pour la période du 1er juin 2014 au 31 mai 2015, ce sont les CRS d’Île-de-France Nord et Île-de-France Ouest qui ont été les plus prolifiques. Pour les motards, la prime annuelle a été remise aux unités de Pau et Reims. Le secrétaire général du syndicat Unsa-Police, Philippe Capon a reconnu dans les pages du magazine «Le PV est ainsi devenu l'un des critères importants de notation et d'évolution de carrière du fonctionnaire. Tout est fait pour faciliter la verbalisation rapide avec le PV à la volée et la généralisation du PV électronique. L'automobiliste ne sait plus pourquoi il est verbalisé, il ne peut pas bien se défendre. Les contentieux augmentent fortement. Cette méthode n'améliore évidemment pas les relations avec la population, elle modifie le comportement des usagers, les pousse à se soustraire au contrôle».