#AWFT23 – Radisson : « Les voyageurs d’affaires, moteurs de la sustainability »

2190
#AWFT23 - Radisson :
Inge Huijbrechts, responsable globale de la durabilité chez Radisson.

Responsable globale de la durabilité chez Radisson, Inge Huijbrechts reconnaît aux clients corpo un rôle moteur dans la prise en compte de l'enjeu d'écoresponsabilité.

Le business travel (BT) n'a pas retrouvé ses niveaux pré-pandémiques. En quoi l'activité de Radisson en a-t-elle été affectée ?

Inge Huijbrechts : Avant le Covid, notre clientèle se partageait à parts égales entre BT et loisir, et même plutôt 55% pour le corpo, aujourd'hui, nous sommes à 65-35 en faveur du loisir. En termes de comportement, on observe chez les voyageurs d'affaires des déplacements moins fréquents mais des séjours plus longs. Il y a aussi une tendance accrue à vouloir une parfaite connectivité. Enfin, le bleisure est également à notre agenda.

Moins de voyageurs d'affaires - plus profitables que les voyageurs "loisir" - ce sont donc des revenus à la baisse ?

Non : nous sommes revenus aux chiffres de 2019, malgré cette nouvelle donne. Pour trois raisons : une fréquentation globale qui est presque revenue aux niveaux pré-pandémiques, voire les dépasse, comme au Moyen-Orient, et la hausse des tarifs hôteliers. Enfin, le développement de nouvelles marques : Radisson Individuals (un partenariat très souple entre indépendants et le groupe, ndr) qui a déjà séduit 70 établissements, mais aussi nos Radisson serviced apartments, déployés dans toutes nos marques et presque tous les marchés. 

Quand vous évoquez les nouvelles tendances du BT, vous ne parlez pas de la sustainability...

Parce que c'est plus qu'une tendance ! On observe sans aucun doute une augmentation des attentes et des demandes de la part de nos clients corpo sur ce sujet. Une étude GBTA montre que 89% des entreprises intègrent des critères de durabilité dans le choix de leurs fournisseurs de voyages d’affaires. Nous travaillons d'ailleurs avec l'hotel booking tool HRS pour fournir a nos clients l’empreinte carbone de leur séjour, c'est cela qu'ils demandent et c'est nouveau. Enfin, les entreprises les plus matures sur ces sujets vont même jusqu'à déclarer qu'elles ne contracteront plus avec des fournisseurs n’ayant pas d’engagement Zéro net carbone SBT (science based target).

Entre des données qui relèvent de l'immobilier, la différenciation du food & beverage (F&B) local ou non... Mesurer l'impact carbone d'un hôtel est un vrai casse-tête...

C'est vrai mais il faut faire la distinction entre le scope 1 et 2 (pour nous : tout ce qui est relié au bâtiment et à l’énergie qu’on achète). C'est sur ces scopes qu'on travaille; on a une mesure très fiable qui s'appuie sur un outil mis en place à l’échelle de l’industrie (Accor, Hilton, Marriott, Hyatt…), approuvé par le World Ressources Institute : le Hotel Carbon Measure Initiative. Outre les scopes 1 et 2, il mesure aussi les services essentiels à l’activité de l’hôtel, tels que la blanchisserie, par exemple. Ca permet une comparaison d’un hôtel à l’autre. Ce sont des infos qu’on peut communiquer à nos clients BtoB, c'est essentiel pour eux.

Est-ce que le business travel peut jouer un rôle de locomotive en matière de durabilité ?

Oui, la demande, le revenu sont de puissants moteurs pour la durabilité. Et la demande la plus exigeante est effectivement celle des entreprises dont les collaborateurs voyagent. Les business travelers écoresponsables nous motivent à faire encore plus, à engager davantage d'investissements.