3 questions à… P.E. Tetaz (SAP Concur) : « Les entreprises laissent filer 30 milliards de TVA par an »

Un objectif par ces temps de crise : récupérer du cash. Un moyen possible : la maximisation de la récupération de TVA. L'outil, quant à lui, peut être celui de SAP Concur. Pierre-Emmanuel Tetaz, son DG EMEA, précise les choses...

SAP Concur renouvelle sa solution de récupération de TVA. Expliquez-nous...

Fin 2019, nous avons amélioré notre service Concur Tax Assurance issu de notre partenariat avec VATBox. L'objectif a été d'accroître encore l'automatisation de la récupération de TVA, notamment de la TVA payée à l'étranger, par le biais de l'Intelligence artificielle. L'outil permet de délivrer des documents acceptables dans leur forme, qui varie d'un pays à l'autre. Concrètement les notes de frais sont numérisées, analysées et traitées. Mais aussi, par l'intégration dans la solution, des règles et réglementations nationales et étrangères en matière de conformité, d'éliminer la nécessité de mises à jour manuelles et d'interventions permanentes.

En quoi la situation actuelle accroît-elle la pertinence d'un tel outil ?

D'abord, pour une raison évidente : durant cette crise, les entreprises se sont endettées et la maximisation de la récupération de TVA est un des moyens de faire entrer du cash. Autre raison conjoncturelle, on peut raisonnablement prévoir que les Etats, eux aussi endettés, jouent du levier fiscal - et notamment de la TVA, pour augmenter leurs revenus : les modifications de réglementations en la matière seront donc potentiellement nombreuses dans les mois à venir. J'ajoute que le Brexit ne va pas simplifier les choses dans la situation particulière de dépenses effectuées au Royaume-Uni. Mais, crise ou non, ce sujet est un vrai casse-tête. Je vous donne quelques exemples : au Danemark, le montant de la TVA récupérable pour les produits alimentaires n'est pas le même si les repas sont pris sur place, à emporter, ou au restaurant; au Royaume-Uni, le logement à partir du 29ème jour d'un mois donné est récupérable à un taux de 4 % au lieu des 20 % appliqués aux 28 premiers jours... Et même en France : on ne sait pas toujours, par exemple, que la TVA "hôtels" est non remboursable pour les employés de l'entreprise mais peut être récupérée pour les clients hébergés par l'entreprise payante !

Votre solution a un coût. A quel niveau devient-elle rentable ?

D'abord un chiffre pour dresser un tableau global : on estime que le montant de la TVA remboursable aux entreprises françaises s'élève à 64 Mds € par an... et que 30 Mds € ne seraient pas récupérés. Et c'est compréhensible : pour toutes les raisons que je viens d'exposer, c'est un sujet très complexe qu'il est difficile de traiter seul. D'autant que les notes de frais à traiter représentent souvent de petites sommes; c'est le leur accumulation qui fait du chiffre. En ce qui concerne le retour sur investissement d'un abonnement VATBox, il est difficile d'y répondre d'une formule - le nombre de notes de frais, par exemple, n'est pas forcément un bon indicateur. La rentabilité de l'outil ne peut être déduite qu'après un échange entre nos équipes et le client. Ce que je peux dire, pour donner une idée, c'est que la solution est adaptée aux entreprises de toute taille, dès lors qu'elles ont quelques implantations en Europe et qu'elles s'y déplacent régulièrement.