Les Français aussi nombreux à vouloir prendre l’avion qu’avant la crise, selon un rapport

619

Si le nouveau rapport de la Chaire Pégase note que les Français sont aussi nombreux à vouloir prendre l’avion qu’avant la crise, il prévoit en revanche une baisse du nombre de trajets, du fait d’une réduction du nombre des vols effectués par les voyageurs les plus fréquents.

La Chaire Pégase est la seule en France consacrée à l’économie et management du transport aérien et de l’aérospatial. Rattachée à la Montpellier Business School et liée à de nombreuses institutions scientifiques dont l’Université de Montpellier, elle vient de publier son nouveau rapport, un document très instructif. Pour mesurer l’impact de la crise actuelle, elle a constitué un échantillon représentatif de la population française âgée de 20 ans ou plus (échantillon de 1010 répondants).

Le rapport s’étend notamment sur les intentions des personnes interrogées en matière de transport aérien pour les douze prochains mois (octobre 2020 à octobre 2021). Première surprise : leur envie intacte de voyager. Il révèle en effet que les Français ont toujours autant envie de prendre l’avion. Ainsi, 61% d’entre eux comptent prendre ce mode de transport au moins une fois dans les 12 prochains mois, ce qui est quasi-équivalent à la part (63%) de 2019.

En revanche, si le nombre de Français prenant l’avion devrait être relativement stable, le nombre total de trajets effectués devrait probablement baisser du fait d’une réduction du nombre des vols effectués par les voyageurs les plus fréquents. Au regard du tableau ci-dessous, il est intéressant aussi de voir l’évolution des raisons pour lesquelles les gens ne prennent pas l’avion…

Le rapport montre en parallèle une certaine forme d’attentisme de la part des futurs passagers aériens. Parmi les 616 répondants qui ont prévu de voler dans les 12 prochains mois, seulement 15% pensaient prendre l’avion dans les 2 prochains mois. A l’inverse, la majorité d’entre eux (55%) comptent attendre entre 6 et 12 mois pour reprendre l’avion.

Comme on peut le voir sur le tableau ci-dessous, les vols seront d’ailleurs majoritairement effectués pour des motifs personnels. La répartition «classique» des motifs d’avant la crise du Covid-19 reste la même, mais les motifs professionnels s’inscrivent sans trop de surprise à la baisse.


Concernant les destinations envisagées par les Français dans les douze prochains mois, on note le retour de l’Europe comme destination principale (71%) suivie de la France métropolitaine (61%). Contrairement à la période d’avant crise, les Outre-Mer se positionnent comme la troisième destination préférée, ces destinations étant considérées comme moins risquées tant légalement que d’un point de vue sanitaire.

Mesures jugées efficaces face à l’incertitude
L’analyse de la Chaire Pégase met également en lumière les mesures pouvant accroître l’intention de prendre l’avion dans les douze prochains mois. Ainsi sont jugées efficaces en la matière celles qui permettent de réduire ou de faire face à l’incertitude, par exemple, la possibilité offerte par les compagnies aériennes d’annuler ou d’échanger sans justification ses billets.

Les mesures sanitaires prises par les aéroports et compagnies aériennes sont aussi appréciées par les passagers, surtout lorsqu’elles sont accompagnées de garanties sur le maintien de l’ouverture des frontières. En revanche, les quarantaines, tant à destination qu’au retour en France, sont très peu appréciées et plutôt vues comme un frein à des déplacements futurs.

Qu’elle soit sanitaire, économique ou légale, l’incertitude est probablement la caractéristique qui définit le mieux cette crise du Covid-19. Or si les Français ont encore envie de voyager et de prendre l’avion, leurs intentions de voyage restent freinées par l’incertitude.

En conclusion, la chaire Pégase estime que la reprise durable du trafic aérien ne pourra être possible que si les gouvernements, les compagnies aériennes et les aéroports collaborent de façon à mettre en place des mesures fortes pour rassurer les Français et les convaincre qu’ils peuvent réserver en toute confiance leurs billets d’avion.

Pour consulter le rapport complet.