Point aérien : Emirates, Ryanair, Heathrow, Air France…

Cette semaine dans le point aérien, Emirates étend son réseau en Asie, Ryanair quitte définitivement Bruxelles-Zaventem, Heathrow a vu son nombre de passagers tripler en 2022, le syndicat SNPNC-FO appelle à la grève…

Emirates étend son réseau en Asie avec la reprise des vols vers Tokyo-Haneda à partir du 2 avril 2023. Le retour d’Emirates à Haneda renforcera les opérations de la compagnie au Japon. Il s’ajoute à son vol quotidien en A380 vers Tokyo-Narita et son vol quotidien en Boeing 777 vers Osaka. Emirates exploite actuellement ses derniers Boeing 777-300ER, équipés des suites privées de la Première Classe, vers Bruxelles, Genève, Nice, Londres Stansted, Francfort et Zurich.

Le PDG de la low cost a mis ses menaces à exécution et a annoncé la fermeture définitive de sa base à l’aéroport de Bruxelles-Zaventem. Pas de réouverture prévue donc pour l’été 2023, menaçant près de 60 emplois. En cause, l’augmentation des tarifs de l’aéroport de +11% à compter d’avril. « Contrairement à beaucoup d’autres aéroports de l’Union européenne qui baissent les prix pour récupérer le trafic perdu pendant l’épidémie de Covid ou qui gèlent les charges pour stimuler la croissance du nombre de passagers« , a indiqué la compagnie à travers un communiqué. Pour Ryanair, cette décision de Brussels Airport rend cet aéroport « encore moins compétitif que d’autres aéroports belges ou européens« . La low lost conserve en revanche ses activités à Charleroi. La compagnie précise que cette fermeture ne l’empêchera pas de desservir Bruxelles-Zaventem avec des avions qui n’y sont pas stationnés, opérés par du personnel basé hors de Belgique. 

Le principal aéroport britannique a son nombre de passagers tripler sur un an en 2022, passant à 61,6 millions de voyageurs et atteignant 76% du niveau de 2019. «Les voyages transatlantiques ont été l’un des principaux moteurs du volume élevé de passagers du mois dernier», précise l’aéroport. Pour rappel, l’aéroport avait dû faire face à de nombreux dysfonctionnement, des grèves et une pénurie de personnels. Heathrow avait aussi dû plafonner le nombre de passagers transitant chaque jour par ses installations, une mesure levée au 30 octobre.

Le syndicat SNPNC-FO représentant les hôtesses de l’air et stewards d’Air France appelle à la grève le 19 janvier. Le syndicat déclare à travers un communiqué qu’il « s’oppose à toute réforme portant atteinte aux droits des PNC ». Les retraites «sont un héritage essentiel, fruit de la lutte de plusieurs générations en faveur du système social tel que nous le connaissons. Reposant sur le principe selon lequel les actifs financent les pensions des retraités (modèle dit par répartition), nos retraites sont aujourd’hui mises à mal par une réforme heurtant de plein fouet les PNC».